Soutenez

La Ville doit en faire plus pour la prévention des inondations 

Photo: Lilian Largier / Métro

Alors que l’arrivée du printemps rythme avec inondations, Ensemble Montréal estime que la Ville n’en fait pas assez pour prévenir les crues printanières. Malgré des demandes répétées de la part de l’arrondissement de Pierrefonds-Roxboro, l’administration Plante continue de n’identifier aucune somme et aucun échéancier dans son budget, laissant les résidents à eux-mêmes. 

En conférence, le maire de l’arrondissement, Dimitrios Jim Beis, demande clairement d’allouer un fonds récurrent à la prévention des inondations.  

Une partie des investissements servirait notamment à financer trois stations de pompage et la construction d’une digue permanente afin de préserver un plus grand nombre de résidences.  

Tout est mis en œuvre actuellement afin de réduire au minimum les risques et les impacts des inondations. Nous savons que la saison du dégel représente une période stressante pour plusieurs Montréalaises et Montréalais en bordure des rives de la métropole et c’est pourquoi nous nous préparons depuis l’an dernier à affronter la saison des inondations.  

Réactions de la Ville de Montréal

Les dépenses de la Ville de Pierrefonds-Roxboro dans la prévention des crues printanières ont été de 500 000 $ depuis 2018, avec la location de pompes et l’achat de matériaux divers pour ériger 28 kilomètres de digues. Elles ont permis de faire passer le nombre des résidences inondées de 900 en 2017 à une cinquantaine située à la pointe ouest de l’arrondissement en 2019, malgré un volume d’eau plus important. 

«En 2017, il y avait des dizaines de maisons démolies, des résidents déplacés, des millions de dollars dépensés par le gouvernement provincial, les arrondissements, les coûts assumés par les résidents eux-mêmes, sans compter l’impact sur la santé mentale. Grâce à notre expertise, nous avons sauvé une grande partie du territoire en 2019 », précise M. Beis. 

«Depuis 2018, nous avons demandé des remboursements, nous avons travaillé avec des experts pour gérer les crises, ainsi qu’un échéancier avec un budget, mais sans succès, et malgré plusieurs réunions», déplore-t-il. 

Les bénévoles qui accompagnaient l’élu vont dans ce sens. 

«Nous avons des experts pour savoir où mettre les stations de pompage, dans les endroits stratégiques autour des zones à risque […] nous avons des solutions éprouvées à portée de main, mais on refuse de les mettre en place», déclare René Leblanc, bénévole responsable et résidant touché par les inondations. 

M. Beis déclare avoir travaillé dans l’arrondissement de Pierrefonds-Roxboro pour créer un plan d’intervention, pour savoir quand et comment intervenir en cas d’urgence, et non pas simplement s’ajuster pendant la crise, mais avant, pendant et pour le futur.  

«Les crues printanières sont le problème de Pierrefonds-Roxboro et de tous les arrondissements voisins […] lorsque la Ville de Montréal déclare l’état d’urgence… Le mal est fait!», poursuit M. Beis. 

Pour 2022, la prudence est de mise. «Pour le moment, les niveaux de l’eau sont dans la moyenne. Début avril, nous verrons si nous sommes en danger. Mais si la question du budget annuel est réglée avant, nous serons capables de gérer les inondations avec l’expertise que nous avons développée», conclut M. Beis. 

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez chaque semaine un résumé de l’actualité de l’Ouest-de-l’île.

Articles récents du même sujet

Mon
Métro

Toute l'actualité locale au même endroit.

En vous inscrivant à Mon Métro, vous manifestez votre engagement envers la presse locale. + Profitez d’une expérience numérique personnalisée en fonction de vos champs d’intérêt et du quartier où vous résidez. + Sélectionnez vos articles favoris pour une lecture en différé.