Art de vivre
08:23 5 novembre 2020 | mise à jour le: 5 novembre 2020 à 14:26 temps de lecture: 5 minutes

La cuisine végane et végétarienne en vogue au Québec

La cuisine végane et végétarienne en vogue au Québec
Photo: Denis GermainMarie-Michelle Chouinard

Les tablettes des libraires du Québec se garnissent de plus en plus de livres de recettes végétariennes et véganes. Au cours des derniers mois seulement, au moins une dizaine de nouveaux bouquins s’offrent à ceux qui veulent manger sans viande, dont quelques titres québécois. La multiplication de ces ouvrages vient en quelque sorte nourrir l’appétit grandissant pour ce type de cuisine.

La cantine végane de la cheffe et blogueuse Marie-Michelle Chouinard est l’un de ces livres tout frais sortis. Avec ce premier ouvrage, la pâtissière a voulu se détacher du cliché végane, souvent très «santé». Ses recettes s’inspirent de classiques québécois où la friture, le sucre ou le gras sont présents sans gêne.

L’omnivore qui souhaite amorcer une transition s’y retrouvera, notamment avec le ragoût de boulettes, le hot chicken, le macaroni à la «viande», le pogo, le pâté chinois ainsi que plusieurs desserts. La protéine végétale texturée ou les légumineuses, par exemple, remplacent la partie carnivore.

«Je trouve que c’est vraiment ce type de nourriture qui va convaincre les gens à consommer moins de viande et de sous-produits animaux. J’avais envie de quelque chose de plus réconfortant, explique l’autrice du blogue Une maman végane. Ça reste quand même mieux que du fast food conventionnel. On le fait maison. On n’est pas dans le régime ou dans la diète ou le très grano.»

Certaines recettes ont d’ailleurs présenté un certain défi à véganiser, comme le tiramisu. «Habituellement, on ne fait qu’acheter des doigts dames, mais celles du commerce contiennent des œufs. Quand il y a beaucoup d’œufs dans une recette, ça ne se remplace pas si facilement. Il faut complètement imaginer une autre recette», mentionne la Montréalaise .

Tendance

Alors que les premiers mouvements étaient très militants, le végétalisme et le végétarisme touchent maintenant davantage le grand public. Plusieurs veulent diminuer leur consommation de viande pour leur santé ou pour le bien de la planète. Le nombre de végétariens au Canada est passé d’environ 900 000 à près de 3 millions en l’espace de 15 ans, selon un sondage de l’Université de Dalhousie.

L’apparition de nombreux livres de recettes influence aussi la montée de ces choix alimentaires, selon la professeure à l’UQAM et spécialiste des cultures alimentaires, Julia Csergo.

«Ça se nourrit l’un de l’autre. Il y a des livres parce que les gens y sont plus sensibles et plus il y a de livres plus les gens sont sensibles. C’est l’œuf ou la poule», expose-t-elle.

Le nombre de livres portant sur la cuisine santé, végétarienne et végétalienne a augmenté d’un peu plus de 10% entre 2014 et 2018, rapporte Mme Csergo, selon des statistiques des magasins Renaud-Bray et Archambault.

Pour les chercheurs, il est difficile de savoir si les gens achètent des bouquins de cuisine afin de s’inspirer réellement des recettes ou plutôt pour consulter les images. Les publications véganes ou végés pourraient toutefois jouer un rôle éducatif.

«Je pense qu’ils sont sans doute plus consultés parce qu’ils font l’éducation et l’initiation à ce type de régime. Comme c’est en croissance, la plupart des gens qui l’adoptent n’ont pas nécessairement les connaissances sur les propriétés des aliments et les nutriments», fait valoir Mme Csergo.

Évolution

Marie-Michelle Chouinard observe aussi une ouverture grandissante pour la cuisine végétalienne, toutes catégories d’âge confondues. «Maintenant, il y a des produits québécois véganes, des saucisses et des fromages, et ce sont des entreprises qui réussissent super bien. Ça veut dire que les Québécois les achètent et les veulent», avance-t-elle.

L’offre végane s’est d’ailleurs améliorée depuis qu’elle s’est tournée vers ce mode alimentaire en 2013.

«Il y a beaucoup de repas classiques qu’on pensait seulement éliminer de notre alimentation. Au final, on n’est pas obligé. On a juste à changer la recette. Pour quelqu’un qui veut cheminer vers le véganisme, c’est le fun parce que tu retrouves ce que tu as l’habitude de manger. On peut manger des burgers de végé-bœuf ou végé-poulet, du crab cake végane, des fish and chips de poisson végane», mentionne la Montréalaise.

En vue de poursuivre cette progression, elle aimerait que davantage de restos emboitent le pas en proposant au moins un plat végane dans leur menu afin d’attirer une nouvelle clientèle et diminuer petit à petit la consommation de la viande.

De son côté, Marie-Michelle Chouinard planche déjà sur une liste de recettes pour un éventuel deuxième livre.

Parus en 2020

One pot végane de Sara Girard
La cantine végane de Marie-Michelle Chouinard
Presque végé de Geneviève O’Gleman
3 fois par jour: un peu plus végé de Marilou
Végé de Geneviève Everell
Végan, mais pas plate!#2 de Pascal-Hugo Caron-Cantin et Jessica Nadeau

Articles similaires