Outremont & Mont-Royal

Conversations Interculturelles de la Fondation Cole: théâtre et diversité

Trois membres du Théâtre de la Sentinelle, dont Lyndz Dantiste qui travaille sur une traduction créole d’Andromaque. Photo: Gracieuseuté – Théâtre de la Sentinelle

Plus qu’une simple représentation devant un public, le théâtre est aussi un lieu de partage et de découverte. Pour encourager les pièces sur la diversité culturelle, la Fondation Cole a récemment décerné des financements à douze compagnies théâtrales montréalaises, pour un total de 194 500$, dans le cadre du programme Conversations Interculturelles.

En 1980, Jack Cole a créé cette fondation dans le but d’appuyer principalement la recherche médicale dans le domaine de l’oncologie pédiatrique. Plusieurs autres programmes de financements sont aussi mis en place pour soutenir les services sociaux et culturels de Montréal.

La fondation a été ensuite reprise par le neveu de Jake Cole, Barry Cole. Lors de son arrivée à Montréal, il a été surpris par la diversité culturelle de la ville. Mais il a vite constaté que parfois, les communautés ne dialoguaient pas toujours entre elles.

Ce féru de théâtre a donc décidé de créer le programme Conversations Interculturelles, pour encourager des compagnies théâtrales à mettre en place des œuvres qui abordent la diversité.

Un soutien, des créations

Les subventions du programme Conversations Interculturelles sont divisées en trois catégories, pour le démarrage, la production et la traduction. La première catégorie concerne les pièces qui sont en phase d’écriture, tandis que la deuxième aide dans la mise en scène et le matériel utilisé.

La traduction permet de jouer une pièce dans une langue différente de la version originale. Au théâtre de la Sentinelle, le seul à avoir reçu une subvention pour la traduction, c’est la pièce Andromaque qui sera adaptée.

En s’inspirant de la version originale de Racine, l’un des fondateurs et comédiens du Théâtre de la Sentinelle, Lyndz Dantiste, réadaptera la pièce en créole, avec l’aide de l’artiste Elena Stoodley. « On essaye de ramener [l’œuvre] dans un contexte haïtien, on se base sur une des batailles importantes qui ont eu lieu en Haïti lors de la révolution et on prend l’histoire d’Andromaque pour pouvoir parler de cet événement-là. », explique Lyndz Dantiste.

Le théâtre de la Sentinelle a également reçu une subvention dans la catégorie production, pour la pièce Qui veut la peau d’Antigone, inspirée de l’œuvre classique de Sophocle.


L’auteur et comédien Mohsen El Gharbi, qui performera sa pièce Omi Mouna à l’Infinithéâtre. / Gracieuseuté – Infinithéâtre

À l’Infinithéâtre, ce sont aussi deux pièces qui pourront voir le jour grâce au soutien de la Fondation Cole. Dans la catégorie démarrage, c’est le dramaturge en résidence Drew Hayden Taylor qui a reçu le financement pour l’écriture de sa pièce Open House, qui aborde des questions de possessions de terres, et des communautés autochtones.

Dans la catégorie production, la pièce Omi Mouna de Mohesen El Gharbi, sur la famille et les origines de l’auteur. Pour la première fois, cette pièce sera jouée en anglais.

Les années précédentes, des pièces financées par la Fondation Cole ont pu être jouées. On retrouve par exemple Duo en vitrine au théâtre I.N.K, ou Strawberries in January au Hudson Village Theatre.

Le théâtre vers le dialogue

Le programme Conversations Interculturelles encourage également la mise en place de discussions sur les représentations. «On finance aussi les talk-back, il faut passer un peu de temps avec l’assistance pour une discussion après une pièce de théâtre pour jaser avec la direction de création ou les comédiens», précise la gestionnaire des projets de la Fondation Cole, Nancy Wells.

De par les thèmes abordés, les pièces sont propices à amener des sujets de discussion ou de débat. « On aime ce dialogue avec le public sur nos pièces, c’est un moment de dramaturgie pour les écrivains et les artistes sur le projet, pour voir où ça pourrait aller», indique le directeur artistique de l’Infinithéâtre, Zach Fraser.

Avec ces différents projets de pièces, les théâtres et la Fondation Cole espèrent attirer un nouveau public, et ouvrir les esprits vers des thèmes et des cultures différentes. Les traductions permettent de diminuer la barrière de la langue que peuvent connaître certaines communautés.

Les pièces qui ont reçu le financement devraient voir le jour au courant de l’année. Un autre financement de la fondation est prévu, et les théâtres peuvent poser leur candidature jusqu’au 1er octobre 2021.

Articles récents du même sujet