Rivière-des-Prairies
13:01 16 mars 2020 | mise à jour le: 17 mars 2020 à 12:23 temps de lecture: 3 minutes

COVID-19 : les cliniques d’impôts suspendues

COVID-19 : les cliniques d’impôts suspendues
Photo: Clara Loiseau / Métro Média

De nombreuses cliniques d’impôts sont fermées jusqu’à nouvel ordre, suite aux directives de François Legault et de Valérie Plante pour limiter la propagation de la COVID-19 au Québec. Lundi matin, des organismes communautaires qui offrent ces services espéraient que les paliers de gouvernement retarderaient la remise des déclarations de revenus.

L’appel aura été entendu par le gouvernement Legault. Le ministre des Finances du Québec, Eric Girard, a annoncé mardi 17 mars que la remise des déclarations fiscales est désormais repoussée au 1er juin. Le gouvernement fédéral n’a pas encore fait d’annonce en ce sens.

Les organismes et bénévoles montréalais se préparaient au marathon des déclarations d’impôts, mais voilà que la course est suspendue pendant au moins deux semaines.

L’Association coopérative d’économie familiale de l’est de Montréal (ACEF), le Chez-Nous de Mercier-Est ou le Centre d’action bénévole de Rivière-des-Prairies ont tous annulé les cliniques d’impôts en raison du Coronavirus pour un minimum de 14 jours.

À seulement eux trois, ces organismes s’attendaient à recevoir près de 1400 citoyens éligibles. Ce service est mis en place pour les personnes touchant moins de 25 000$ par an.

Lundi matin, Isabelle Dauphin, responsable de la clinique d’impôt de l’ACEF, espérait que «le gouvernement retarde d’au moins deux semaines la remise des déclarations fiscales pour les citoyens», pour éviter que les citoyens écopent de pénalités pour des remises de déclaration après la date butoir du 30 avril.

Car les retardataires s’exposent à devoir payer 5 % du solde impayé à la date prévue de production de la déclaration, ainsi qu’une pénalité additionnelle de 1 % par mois entier de retard qui s’ajoute à la première pénalité, que ce soit au fédéral ou au provincial.

Pour le moment, l’Agence du revenu du Canada (ARC) explique dans des courriels qu’elle poursuit l’observation de la situation.

«Nous travaillons en collaboration avec nos partenaires, incluant ceux provinciaux, sur de mesures additionnelles», indique Dany Morin, relationniste média pour l’ARC.

Selon Corinne Colon, directrice du Centre d’action bénévole de Rivière-des-Prairies, «la Fédération des centres d’action bénévole du Québec a communiqué avec le programme d’aide aux impôts à ce sujet et ils sont toujours en attente d’une réponse».

En attendant Ottawa

L’ACEF de l’Est a déjà annulé les rendez-vous qui étaient prévus et proposera de nouvelles dates lorsqu’il y aura moins «d’incertitudes» face à la réouverture de l’établissement.

Du côté du Centre d’action bénévole de Rivière-des-Prairies, la direction affirme être en train d’élaborer des «stratégies pour permettre à plus de gens possibles de bénéficier du service d’impôts et à minimiser les impacts auprès des bénéficiaires». Corinne Colon, directrice générale du CAB-RDP, prévoit déjà que les personnes qui doivent récupérer leurs déclarations seront prioritaires à la réouverture de la clinique d’impôt.

Articles similaires