Rivière-des-Prairies
12:11 29 août 2020 | mise à jour le: 29 août 2020 à 12:12 temps de lecture: 2 minutes

Inauguration officielle du Projet poussette à RDP

Inauguration officielle du Projet poussette à RDP
Photo: Anouk Lebel/Métro MédiaL’inauguration officielle a eu lieu au parc des Cageux, limite est du Projet poussette.

C’est parti pour le Projet poussette : des élus et des citoyens ont souligné au parc des Cageux la fin des travaux du corridor piéton et cyclable de 7,7 kilomètres sur le boulevard Gouin bordant la Rivière-des-Prairies.

Pour Corinne Tastayre, surnommée « Mme Gouin », ces nouveaux aménagements représentent l’aboutissement de 10 ans de mobilisation. Son projet de transformer le boulevard Gouin a commencé avec une prescription de son médecin lui recommandant de faire plus de bicyclette.

Depuis, elle ne s’est pas démontée. Elle a lancé deux pétitions qui ont recueilli plus de 7000 signatures, fait de multiples appels au 311, en plus de faire en sorte que le boulevard Gouin soit élu « pire route du Québec » trois années de suite.

« Mon grand bonheur, c’est de voir que tous les gens qu’on voit passer à vélo, ils n’étaient pas là il y a une semaine », dit-elle aujourd’hui.

Prochaine étape : l’enfouissement des fils

Malgré les nouveaux aménagements, Mme Tastayre n’en a pas fini avec le boulevard longeant la rivière des Prairies.

« Il manque les trottoirs, il faut enfouir les fils, il y a des endroits où il faut faire du travail souterrain », dit-elle.

« C’est sûr qu’il reste du travail à faire. Mais, au moins, on a fait quelque chose, alors que ça fait 30 ans qui ne se passait rien ici. »

  • Corinne Tastayre

Pour Caroline Bourgeois, la première étape sera d’évaluer l’utilisation des nouveaux aménagements par tous les usagers du boulevard -– piétons, cyclistes et automobilistes.

La construction de trottoirs et l’enfouissement des fils se fera par la suite par tronçon en raison du coût important associé à ces travaux, évalués à plus d’une centaine de millions de dollars.

« C’est la direction qu’on veut prendre, affirme pour sa part la mairesse de Montréal, Valérie Plante. Mais faut y aller par étapes étant donné les coûts, étant donné la complexité. »

« Dépendamment de la réception, ça va nous donner des munitions pour aller plus loin », dit-elle.

Articles similaires