Rivière-des-Prairies

Vers la création d’un conseil jeunesse à Rivière-des-Prairies

:Le jeune de 21 ans propose de créer un conseil jeunesse impliqué dans les prises de décisions politiques de l’arrondissement de Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles.
Le jeune de 21 ans propose de créer un conseil jeunesse impliqué dans les prises de décisions politiques de l’arrondissement de Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles. Photo: Clément Bolano, Métro

Daniel Di Stefano déborde d’idées pour faire porter la voix des jeunes comme lui au sein des prises de décisions de l’arrondissement de Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles.

Lors du conseil d’arrondissement du 5 avril, le jeune de 21 ans a déposé une proposition pour la création d’un conseil jeunesse.

Il évoquait ainsi la nécessité d’avoir une instance représentative pour les moins de 25 ans «au sein de la politique municipale» de l’arrondissement.

«Le comité agirait en fonction des conseils et des avis de l’organe législatif, pour veiller à ce que la voix du comité des jeunes soit entendue et prise en compte dans l’élaboration d’une politique plus représentative», peut-on lire sur le document remis à la mairesse Caroline Bourgeois et son équipe.

Un «comité jeunesse de Rivière-des-Prairies» avait vu le jour à la fin de 2021. Les jeunes engagés à son origine se regroupaient afin, notamment, de coopérer avec les différents organismes communautaires de l’arrondissement et organiser des activités en commun.

Le projet que propose Daniel Di Stefano aurait plutôt une dimension politique, ou au moins décisionnelle.

«Augmenter l’accessibilité de la participation à la politique locale permet à une plus grande partie de la population d’avoir une voix dans le processus décisionnel» qui a des conséquences sur l’avenir des jeunes Prairivois, selon lui.

Pour résumer: l’objectif est d’avoir une entité qui fasse écho aux réalités des moins de 25 ans, qui représenteraient près d’un tiers de la population de Rivière-des-Prairies.

«Les mêmes problèmes persistent»

À l’origine de cette initiative: plusieurs constats sur la jeunesse de l’arrondissement. «Cela serait bien de créer un projet comme un centre jeunesse», évoque Daniel Di Stefano, en entrevue avec Métro.

Même si une Maison des jeunes existe déjà à Rivière-des-Prairies, le jeune homme l’imagine plus grande et avec plus d’activités, à l’image de celle de Pointe-aux-Trembles, qu’il trouve mieux entretenue et plus attirante que celle située au parc René-Masson.

«Cela aiderait la jeunesse à risque», croit fermement le jeune homme qui a travaillé plusieurs étés au sein de l’organisme Jeunesse au Soleil. Au sein de celui-ci, il accompagnait la police à vélo pour se rendre plus près des habitants afin d’écouter leurs problèmes et questionnements.

Justement, il croit que les forces de l’ordre sont déconnectées de la communauté. Un conseil jeunesse permettrait de faire le lien entre le poste de police de quartier (PDQ) 45 et la population. «Elle pourrait par exemple se rendre dans les écoles pour rencontrer les enfants et adolescents», suggère-t-il.

Aussi, un des principaux sujets de réflexion qui se retrouveraient sur la table d’un éventuel conseil jeunesse serait celui de la mobilité, un thème récurrent à Rivière-des-Prairies.

«Il faut désenclaver l’arrondissement. Quelque chose comme le projet de la ligne rose serait une bonne piste. J’espère que la jeune communauté peut s’impliquer sur ces sujets», confie Daniel Di Stefano.

Ce n’est d’ailleurs pas le seul sujet dans lequel il s’investit, puisqu’il avait déposé auprès de l’Assemblée nationale une pétition pour demander de passer à l’heure d’été permanente.

Une promesse de campagne de Caroline Bourgeois

Le 10 mai, Daniel Di Stefano rencontrera des élus de l’arrondissement pour évoquer son projet. Une idée qui fait d’ailleurs partie des engagements de Caroline Bourgeois et son équipe, un engagement pris en campagne électorale.

«Nous souhaitons créer une instance pour impliquer les jeunes au sein de leur arrondissement et influencer les prises de décision, participer à la vie démocratique et contribuer positivement à l’amélioration de la qualité de vie dans leur quartier», nous explique l’arrondissement.

De telles initiatives existent déjà dans de nombreux autres arrondissements, comme Ahuntsic-Cartierville, Lachine ou Montréal-Nord.

Actuellement, les équipes en développement social de l’arrondissement travaillent avec Concertation Montréal «afin de mettre sur pied le comité jeunesse».

«Nous sommes déjà en contact avec M. Di Stefano, qui s’intéresse activement au dossier, et nous souhaitons qu’il puisse rester impliqué d’une manière ou d’une autre. Il est cependant encore trop tôt pour définir le rôle que pourra jouer le citoyen dans ce futur comité», ajoute l’arrondissement.

Vos nouvelles 100% locales, recevez-les chaque jour.

Nos infolettres vous suivent partout.

Articles récents du même sujet