Rivière-des-Prairies

Jeux de Montréal: quand le sport unit une fratrie

Léa, 11 ans, et son frère Louis, 9 ans, ont participé aux Jeux de Montréal, les 28 et 29 mai.
Léa, 11 ans, et son frère Louis, 9 ans, ont participé aux Jeux de Montréal, les 28 et 29 mai. Photo: Gracieuseté, Valérie Doucet

Entre Léa, 11 ans, et son frère Louis, 9 ans, ce n’est pas toujours le grand amour – comme entre beaucoup de frères et sœurs! Mais quand le sport s’invite, la compétition est terminée.

Les 28 et 29 mai, la maman des deux jeunes de Rivière-des-Prairies, Valérie, les a emmenés aux Jeux de Montréal. La 45e édition de l’événement sportif réservé aux 6 à 12 ans a accueilli plus de 5000 participants dans diverses structures sportives de la métropole.

Pour la jeune Léa, qui n’avait pris part qu’à trois compétitions avant celle-ci, cet événement d’envergure était impressionnant.

Louis et Léa se sont encouragés et ont remporté trois des six médailles prairivoises lors des Jeux de Montréal. Photo: Valérie Doucet.

«La première que j’avais faite, c’était une compétition amicale [dans l’arrondissement]», relate-t-elle. «C’était comme pour se mettre dans le bain des compétitions, pour ne pas qu’ils soient surpris par le bruit de la foule, par exemple», glisse sa maman.

«Au début [des Jeux], j’étais stressée quand même, mais j’étais à l’aise, car j’avais des gens que je connaissais avec moi, des amis qui m’encourageaient. J’étais à l’aise, mais stressée», confie la jeune fille de 11 ans.

Un stress qui ne l’a visiblement pas handicapée puisqu’elle a décroché une médaille d’or en lancer du poids, sa spécialité. Une des deux d’or remporté par la délégation prairivoise – qui a également récolté deux médailles d’argent et deux de bronze.

Les Jeux de Montréal ont justement aidé Léa à «sortir de sa coquille», estime sa mère. «Je suis quand même gênée quand il y a beaucoup de monde. Ça m’a permis de socialiser avec les autres», reconnaît l’athlète en devenir.

«Ils peuvent se rejoindre à travers le sport»

C’était aussi une première compétition – et de taille – pour Louis, qui s’adonne à l’athlétisme comme sa grande sœur. Et c’est lui qui a remporté la deuxième médaille d’or pour RDP, lors de la course à relais, en plus de sa médaille de bronze en lancer du poids.

«C’était vraiment beau à la remise [des récompenses], ils étaient soudés, ils s’encourageaient. Ça les rapproche en même temps, c’est comme un répit. Quand ils sont dans le sport, ils ont un but commun», raconte Valérie.

S’ils se retrouvent autour de l’athlétisme, chacun des enfants a ses propres intérêts. «Louis, c’est la musique, il apprend le piano. Léa est très impliquée dans son école. Elle est présidente de classe et participe à un projet de médiation», souligne la maman.

Ainsi, les Jeux de Montréal étaient pour la jeune fille une belle manière de sortir de sa coquille, et pour son frère de dépenser son énergie débordante. Vu le beau moment qu’ils y ont passé, l’envie de revenir l’an prochain est bien présente.

D’ici là, Léa et Louis auront peut-être été conquis par d’autres disciplines, comme le soccer ou le tennis.

La mère de famille en serait ravie. «Je suis heureuse de les voir prendre du plaisir dans un groupe. Ils sont entourés par des adultes bienveillants qui ont autant de volonté que les parents de les voir réussir. […] C’est vraiment un sentiment de fierté de les voir s’épanouir et d’avoir du plaisir dans un sport», conclut-elle.

Vos nouvelles 100% locales, recevez-les chaque jour.

Nos infolettres vous suivent partout.

Articles récents du même sujet