Ahuntsic-Cartierville
17:47 1 septembre 2020 | mise à jour le: 1 septembre 2020 à 17:54 temps de lecture: 4 minutes

Mobilisation pour la piste cyclable sur Christophe-Colomb

Mobilisation pour la piste cyclable sur Christophe-Colomb
Photo: Félix Lacerte-GauthierLa piste cyclable de l’avenue Christophe-Colomb a été aménagée dans le contexte de la crise sanitaire.

Alors que le Réseau express vélo (REV) soulève les tensions, une mobilisation citoyenne se prépare sur la piste cyclable de l’avenue Christophe-Colomb. Les organisateurs souhaitent que cette voie cyclable temporaire devienne permanente.

Aménagée à la fin du mois de mai, la piste cyclable de l’avenue Christophe-Colomb fait partie des voies actives sécuritaires (VAS) mises en place par la Ville de Montréal dans le contexte de la crise sanitaire. Son but: permettre des déplacements à vélo sécuritaires grâce à l’installation de bollards et de doubles voies unidirectionnelles de chaque côté de l’avenue.

Prévue pour être temporaire, la piste cyclable semble en avoir séduit certains, notamment le groupe citoyen Ahuncycle qui promeut le transport actif. Avec son événement «Pédalons sur Christophe-Colomb» qui aura lieu le samedi 19 septembre, Ahuncycle espère montrer à la Ville que l’intérêt pour cette voie cyclable est bien réel.

«L’idée est de se réunir pour remonter ensemble la piste cyclable vers le nord. Cette piste cyclable répond à un vrai besoin et on aimerait qu’elle soit intégrée au REV en 2021», explique Frédéric Bataille, porte-parole d’Ahuncycle.

Des usagers convaincus

Si la VAS de l’avenue Christophe-Colomb n’a pas été accueillie à bras ouverts par tous, les usagers des transports actifs semblent l’avoir adoptée.

«Je l’adore et je l’utilise plusieurs fois par semaine. C’est très pratique, parce qu’elle rejoint plusieurs axes est-ouest. Et je la trouve beaucoup plus sécuritaire que la piste cyclable de la rue Boyer», témoigne Jessica Boily qui vit d’ailleurs sur l’avenue Christophe-Colomb.

Selon elle, cet aménagement a également permis d’apaiser la circulation des voitures sur l’avenue en passant de quatre à deux voies. Ce sentiment de sécurité l’a d’ailleurs incitée à utiliser le vélo plus souvent pour ses déplacements quotidiens.

Comme elle, Pasquale Mairet emprunte désormais le vélo beaucoup plus régulièrement.
«Je suis contente de voir que le réseau se développe. Avant je passais par les petites rues, ce qui était moins rapide et moins confortable», raconte Mme Mairet, résidente de Rosemont.

Utilisant la piste cyclable pour effectuer des livraisons à vélo pour le Centre de ressources et d’action communautaire de la Petite-Patrie, Maude Cournoyer fait le même constat. Pour elle qui se déplace avec une remorque, la double voie cyclable fait toute la différence.

«C’est beaucoup plus sécuritaire et ça permet à tout type de cyclistes de se déplacer à leur rythme. Je vois d’ailleurs souvent des familles avec des enfants qui débutent. C’est un des meilleurs aménagements de ce type que j’ai pu voir à Montréal», souligne-t-elle.

Entériner le succès

Au moment de son aménagement, la piste cyclable avait fait débat, mais les stationnements ayant tous été conservés, le porte-parole d’Ahuncycle croit que les discussions seront moins vives si la piste cyclable devait revenir au printemps prochain.

«On est en discussion avec la Ville-centre, notamment avec Marianne Giguère [conseillère associée aux transports actifs]. Je crois que ça pourrait permettre au REV de ne pas se diriger seulement vers le centre-ville», précise M. Bataille.

Le Conseil régional de l’environnement (CRE) de Montréal a par ailleurs ajouté l’événement «Pédalons sur Christophe-Colomb» à la programmation des Rendez-vous de la mobilité durable.

Selon Blaise Rémillard, responsable transport et urbanisme au CRE de Montréal, au vu du succès de la piste cyclable, la Ville devrait envisager de la rendre pérenne. En effet, d’après les compteurs installés par la Ville, la fréquentation de cette voie a augmenté de 30% en mai 2020 par rapport à la même date l’année précédente.

«En plus d’être sécuritaire, cet axe nord-sud permet de se rendre des berges de la rivière des Prairies, jusqu’au parc Laurier. Il facilite la circulation locale et donne accès à de nombreux services», explique M. Rémillard.

Articles similaires