Rosemont
10:47 10 septembre 2020 | mise à jour le: 10 septembre 2020 à 16:04 temps de lecture: 2 minutes

Un balado pour redécouvrir Rosemont-La Petite-Patrie

Un balado pour redécouvrir Rosemont-La Petite-Patrie
Photo: /Marzia Pellissier / GracieusetéUn balado pour redécouvrir Rosemont-La Petite-Patrie.

S’inspirant des témoignages de Rosepatriens de tous âges, Marzia Pellissier a imaginé «La Marche du Nostalgique», un balado déambulatoire pour voir Rosemont-La Petite-Patrie sous un nouveau jour.

Marzia Pellissier, conceptrice d’accessoires et de décors pour le cinéma et le théâtre et sa complice Élodie Pinero se sont lancé un défi créatif, celui de réaliser un balado.

«C’est un projet que j’avais dans ma poche arrière depuis longtemps. Avec la pandémie j’ai eu plus de temps libre et mon entourage m’a poussée à me lancer», raconte-t-elle.

Accompagnée de plusieurs artistes, dont le dramaturge Martin Bellemare, Mme Pellissier a presque terminé l’écriture de son balado ambulatoire qui propose un parcours à travers l’arrondissement de Rosemont-La Petite-Patrie.

Pour que l’expérience soit complète, elle a conçu un pack qui contient des objets. Grâce à ces objets, l’auditeur pourra interagir avec les lieux de la visite.

Une multitude de regards

Le récit qui accompagne le parcours de l’auditeur est incarné par deux personnages: Montréal et le citoyen. La première voix, celle de Montréal, fait office de guide. Elle relate des faits historiques, pointe des détails concrets.

L’autre voix, celle du citoyen, est en fait constituée des multiples témoignages recueillis par Mme Pellissier auprès de rosepatriens de tous âges et tous horizons. Elle offre un regard plus personnel sur les lieux de la visite et utilise les anecdotes telles que racontées mot pour mot par les citoyens.

«J’ai rencontré une personne âgée, un boulanger, un musicien et un groupe d’adolescents entre autres. Ils m’ont raconté leur histoire personnelle et avec ça j’ai tricoté un seul personnage», explique Mme Pellissier.

Cette démarche place ainsi son balado à mi-chemin entre le documentaire et la fiction. Il mélange les points de vue et les expériences réelles.

«Depuis mars, je crois qu’on a tous été poussés à explorer différemment les richesses de nos quartiers et ce qu’il y a autour de nous. J’espère que cette création permettra aux gens d’apprécier encore autrement Rosemont-La Petite-Patrie», confie Mme Pellissier.

Le processus de création ayant été «très condensé», le balado devrait être disponible avant l’hiver, espère-t-elle.

Articles similaires