Rosemont
17:41 23 novembre 2020 | mise à jour le: 23 novembre 2020 à 17:53 temps de lecture: 3 minutes

Stationnement: une nouvelle technologie testée dans Rosemont–Petite-Patrie

Stationnement: une nouvelle technologie testée dans Rosemont–Petite-Patrie
Photo: Josie Desmarais/MétroLe dispositif LAPI a notamment été déployé dans Rosemont–La Petite-Patrie.

Un projet pilote de lecture automatisée de plaques d’immatriculation (LAPI) vient d’être lancé par l’Agence de mobilité durable. Cette technologie servira notamment à vérifier les vignettes de stationnement sur rue réservé aux résidents (SRRR) dans Rosemont–La Petite-Patrie.

D’après la Ville de Montréal, ce projet pilote devrait permettre de faire mieux respecter les zones de stationnement tarifées et ainsi assurer leur disponibilité. Une partie du projet pilote qui vise à vérifier les vignettes des zones de SRRR se déroulera dans l’arrondissement de Rosemont–La Petite-Patrie.

«Nous parlons de la lecture de plaques automatiques depuis des années. Avec le lancement de ce projet pilote, nous franchissons, aujourd’hui, une étape importante vers un stationnement intelligent», a expliqué Éric Alan Caldwell, responsable de l’urbanisme et de la mobilité au comité exécutif de la Ville.

Si le projet est concluant, il pourra être étendu et aiderait à un contrôle plus rapide à travers la ville.

«Cet arrondissement a été retenu notamment car il y a déjà un projet pilote utilisant la LAPI en cours par Netlift et l’Institut de cardiologie de Montréal (ICM), permettant aux covoitureurs de se stationner sur la rue dans des espaces réservés pour résidents près de l’ICM», précise Caroline Martel, conseillère en communications et relations publiques à l’Agence de mobilité durable.

Un dispositif innovant

Depuis le début de l’année 2020, l’Agence de la mobilité durable gère les activités du Service d’application réglementaire de stationnement qui relevaient avant du SPVM. Pour rendre plus efficace la vérification des vignettes de stationnement, l’organisation paramunicipale s’est tournée vers les technologies numériques.

Le projet LAPI déployé depuis le 21 novembre met à l’épreuve une technologie innovante capable de lire automatiquement les plaques d’immatriculation des voitures stationnées.

Il s’agit en fait d’une voiture équipée de plusieurs capteurs GPS de haute précision ainsi que de lasers et de lecteurs de plaques d’immatriculation permettant de prendre des photos.

«Le dispositif LAPI est novateur et efficace. Il pourra mesurer l’efficacité d’utilisation de nos espaces de stationnement et aider la prise de décision au sujet de la gestion de la mobilité», a indiqué M. Laurent Chevrot, directeur général de l’Agence de mobilité durable.

Articles similaires