Montréal
14:13 12 novembre 2020 | mise à jour le: 12 novembre 2020 à 14:13 temps de lecture: 3 minutes

Le stationnement dans l’est de Rosemont suscite encore l’inquiétude

Le stationnement dans l’est de Rosemont suscite encore l’inquiétude
Photo: Zoé Magalhaès/Métro

Plusieurs citoyens de l’est de Rosemont s’inquiètent de voir se multiplier les zones de stationnement sur rue réservé aux résidents (SRRR) alors qu’un avis rappelant la procédure pour l’implantation de ces zones a été distribué dans ce secteur.

«Je suis outré d’avoir reçu cette lettre venant de l’arrondissement. Les zones réservées ne sont pas une solution car nous sommes tous résidents. Et il faudrait en plus payer une vignette de stationnement», a réagi Pascal Doyon, un résident du secteur situé près de la rue de Bellechasse à l’est du boulevard Pie-IX.

Il voit dans ce courrier une réponse au retrait de plusieurs centaines de places de stationnement sur la rue de Bellechasse lors de l’installation du Réseau express vélo (REV). Comme lui, Gary Houghton qui réside sur la 29e avenue fait le lien avec la récente perte de stationnement.

«L’administration Croteau a fait disparaître des centaines de places de stationnement dans le quartier, places qui étaient continuellement remplies. […] Tout ça pour que les résidents des rues transversales se trouvent obligés d’acheter des vignettes alors que c’était jusqu’ici gratuit», déplore-t-il.

Un avis mal compris?

Selon l’arrondissement en revanche, cet avis ne s’adressait pas particulièrement aux résidents proches de Bellechasse, mais plutôt à ceux à proximité de l’Institut de cardiologie de Montréal et de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont.

Depuis plusieurs années, l’arrondissement dit constater que ces deux «pôles de déplacement» attirent de nombreuses personnes ayant tendance à se stationner sur des rues résidentielles.

L’intérêt des zones SRRR serait ainsi de garantir des places de stationnement aux résidents de ces rues puisqu’elles donnent la priorité aux personnes munies de vignettes.

«Il y a peu de zones SRRR dans le district de Marie-Victorin. Le but de cet avis est simplement de rappeler aux résidents qu’il existe une démarche citoyenne qui leur permet de demander l’implantation d’une telle zone», explique François W. Croteau, maire de l’arrondissement.

En effet, pour qu’une zone SRRR soit implantée, il faut qu’au moins dix personnes demeurant sur le même tronçon de rue en aient fait la demande. Un sondage est ensuite effectué pour déterminer si la majorité des résidents y sont favorables avant que la zone soit installée.

Depuis l’envoi de l’avis, l’arrondissement a reçu environ une centaine de demandes.

Une «fausse perception»

Revenant sur l’insatisfaction exprimée par plusieurs personnes proches de la rue de Bellechasse concernant le stationnement, M. Croteau évoque un phénomène de «fausse perception». Selon lui, il ne manque pas de stationnement dans les secteurs à proximité de cette rue.

Il rappelle qu’une étude d’impact sur la circulation et le stationnement menée par un consultant externe a permis de déterminer que les espaces de stationnement perdus sur la rue de Bellechasse pouvaient être récupérés sur les rues transversales.

À l’est de Pie-IX, les rues transversales auraient la capacité d’accueillir une demande supplémentaire de plus de 1000 espaces de stationnement, d’après cette étude.

«En ce qui concerne les commerçants de Bellechasse, nous continuons à travailler avec eux pour les accommoder et trouver des solutions, comme nous le faisons aussi pour les personnes à mobilité réduite», a aussi tenu a précisé le maire.

Articles similaires