Saint-Laurent
08:00 5 mai 2020 | mise à jour le: 5 mai 2020 à 08:56 temps de lecture: 4 minutes

Opération propreté dans les CPE de Saint-Laurent

Opération propreté dans les CPE de Saint-Laurent
Photo: Métro Média - Laurent LavoieLes centres de la petite enfance rouvrent entièrement le 19 mai. D’ici là, les services de garde d’urgence sont maintenus.

Lieux fort propices à la transmission de microbes, les centres de la petite enfance (CPE) de Saint-Laurent se préparent à recevoir leurs tout-petits avec des mesures sanitaires strictes limitant la propagation du coronavirus et permettant la distanciation sociale.

Au CPE Vanier, qui reçoit en priorité les enfants des travailleurs et étudiants du Collège, la préparation se fait déjà de plusieurs semaines avec le service de garde d’urgence.

Si les cégeps seront fermés jusqu’en septembre, la directrice générale Athena Xenos doit tout de même prendre les précautions nécessaires pour accueillir 24 enfants dans quelques semaines, alors que son permis en autorise habituellement 80.

Le gouvernement québécois a prévu des ratios réduit, par exemple, d’une éducatrice pour quatre enfants, plutôt que huit. «Ce n’est pas une tâche très facile», convient Mme Xenos, qui profitera de la grandeur de ses espaces.

Les aires de jeux seront plus distancées qu’à l’habitude et les enfants seront guidés vers des jouets qui limitent les interactions. Par exemple, un bac de sable a été vidé et les bambins pourront y jouer, mais avec de petites autos.

Les installations varient selon les CPE. Au Jardin des rêves du boulevard Décarie, il y a six classes séparées sur un long couloir.

«Pour éviter que tout le monde s’y croise, on va avoir des routines pour savoir qui va sortir et quand», assure la directrice générale, Nancy Pachal.

Comme prévu par les recommandations de Québec, les chaises, les comptoirs et les toilettes devront être plus souvent désinfectés par les employés.

«C’est beaucoup plus de travail que d’habitude, mais on est ici pour ça, pour offrir aux parents les services dont ils ont besoin», insiste Mme Xenos.

Rassurer

À la Maison des familles de Saint-Laurent, des membres sont anxieux à l’idée de voir leurs enfants retourner en milieu éducatif, dont en CPE.

«Dans le moment, c’est une source d’inquiétude. On a beaucoup besoin de les rassurer», indique la directrice générale Marie-Agnès Lebreton.

Une vingtaine de trousses éducatives proposant des activités aux familles ont été distribuées au début de la pandémie. Plus de 130 seront remises au courant de la prochaine semaine.

Depuis le début de la pandémie, les intervenantes appellent jusqu’à 150 familles par semaine pour leur permettre de «ventiler» et connaître leurs besoins dans le but de les diriger vers d’autres organismes.

«On a obtenu des fonds de Centraide pour bonifier les heures de certaines intervenantes», soutient la directrice générale, Marie-Agnès Lebreton.

Alors que plusieurs parents vivent un fort stress durant le confinement, la Maison des familles s’est tournée vers le virtuel pour certaines de ses activités, dont le café-rencontre.

L’éducatrice Madeleine Poisson, mieux connue sous le pseudonyme de «Philomène» raconte désormais ses histoires en direct sur la page Facebook de l’organisme.

«C’est comme une figure réconfortante, les enfants et les parents la connaissent. C’est un petit rituel dans la semaine», dit Mme Lebreton.

La date de réouverture des locaux sur l’avenue Sainte-Croix reste à déterminer.

Équipement

Les directrices générales des CPE Vanier et Jardin des rêves sont confiantes d’avoir les masques et les gants qu’il faut du ministère de la Famille pour protéger ses employés. Elles s’étaient préalablement tournées vers divers fournisseurs pour les services de garde d’urgence.

Articles similaires