Saint-Laurent
17:09 4 juin 2020 | mise à jour le: 4 juin 2020 à 17:09 temps de lecture: 2 minutes

Saint-Laurent veut des caméras pour les agents du SPVM

Saint-Laurent veut des caméras pour les agents du SPVM

Dans le but de lutter contre le racisme et le profilage racial, l’arrondissement Saint-Laurent veut que les agents du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) aient des caméras portatives.

Une telle mesure visera à «renforcer la confiance envers les institutions», estime le maire Alan DeSousa.

Il est également demandé qu’une équipe spécialisée dans les interventions auprès des communautés culturelles et de personnes ayant des besoins particuliers soit mise sur pied.

Selon la motion adoptée, le nombre d’interpellations à Montréal a grimpé de 143% entre 2014 et 2017, sans qu’il y ait eu une «hausse notable du nombre d’incidents criminels».

D’autres arrondissements montréalais, dont Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce, ont aussi adopté cette position plus tôt cette semaine.

En janvier 2019, le SPVM a publié le bilan d’un projet pilote sur le port de caméras portatives par 78 patrouilleurs dans plusieurs secteurs à Montréal ayant eu lieu entre mai 2016 et avril 2017. Ce rapport affirme entre autres que l’initiative n’a pas permis de prouver que le port de caméras par les forces de l’ordre assurait la transparence des interventions policières.

Ces pressions faites à la mairesse Valérie Plante surviennent alors qu’un homme noir a été tué devant caméra par un policier à Minneapolis, aux États-Unis. Cet événement a semé l’émoi et provoqué des manifestations massives à travers le monde.

Articles similaires