Saint-Laurent
05:00 24 février 2021 | mise à jour le: 24 février 2021 à 09:11 temps de lecture: 3 minutes

Un éducateur en CPE de Saint-Laurent collabore à deux albums jeunesse

Un éducateur en CPE de Saint-Laurent collabore à deux albums jeunesse
Photo: Métro Média/Laurent LavoieL'éducateur au CPE Tchou-Tchou, Matt McGachy.

Au-delà d’être chanteur d’un groupe de métal extrême, Matt McGachy est aussi éducateur au Centre de la petite enfance (CPE) Tchou-Tchou, sur l’avenue Sainte-Croix, dans l’arrondissement Saint-Laurent. La pandémie l’a mené à contribuer à deux albums jeunesse.

L’idée a émergé en discutant avec sa conjointe Jessica Buckingham, alors que le premier confinement battait son plein au Québec.

«D’avoir un outil où tu peux commencer des discussions avec des enfants, c’est quelque chose de très utile. On voulait vraiment donner un espace sécuritaire pour explorer les émotions», mentionne M. McGachy.

Mme Buckingham s’est occupée de la rédaction des textes du premier album Aujourd’hui, on reste à la maison. L’objectif était de «prendre cette situation [le confinement] et de faire quelque chose de positif, et d’avoir une posture qui pourrait aider les enfants, mais aussi les parents, parce que souvent, en tant que parents, on vit les mêmes histoires», soutient-elle.

M. McGachy a partagé l’œuvre dans son réseau professionnel et la demande a été telle que le Regroupement des parents et amis des enfants sourds et malentendants franco-ontariens l’a traduit. À ce jour, pour les versions anglaises et françaises, le livre numérique a été téléchargé à près de 2 900 reprises.

Tel que prévu au début de leurs démarches, Jessica Buckingham et Matt McGachy, parents de deux enfants, ont planché sur une deuxième publication Cache-cache arc-en-ciel.

«Ça parle vraiment de l’exploration des artistes à l’intérieur de chaque individu. Même si tu es jeune, tu peux utiliser l’art comme une façon d’exprimer tes émotions», dit M. McGachy, qui a étudié au Collège Vanier en développement de l’enfance.

On y présente un jeune dont l’univers est sombre, mais au fil de l’histoire des couleurs font leur apparition pour former un arc-en-ciel qu’il mettra dans sa fenêtre, comme il a été si populaire de le faire durant la première vague.

«L’art, c’est quelque chose de très important pour les enfants, pour s’exprimer, pour donner une voix à nos émotions qui sont difficiles à exprimer avec des mots.» -Matt McGachy

International

Matt McGachy mène une sorte de double vie. En plus d’éduquer de jeunes enfants, il s’époumone également au micro de Cryptopsy, un groupe existant depuis les années 1980. Le résident du quartier Villeray avait l’habitude de donner plusieurs concerts à travers le monde, comme en Allemagne et en France.

«On est en processus d’écriture. On est en train de composer un nouvel album, on vient juste de signer un contrat de disque», mentionne celui qui s’est joint à Cryptopsy en 2007.

Avant d’électriser à nouveau les foules, l’éducateur attendra la disparition du virus. Pas question d’avoir des spectateurs distanciés.

«J’ai ma vie de musicien, de métal extrême, et mon travail d’éducateur. Je suis très calme, et mon groupe est très calme, mentionne M. McGachy. Mais quand je fais des spectacles, c’est très extrême, avec des gros mosh pits, circle pits

Depuis 2018, le Montréalais est à la barre du podcast Vox and Hops, dont Jessica Buckingham est la productrice. Dans la dernière année, il y a invité plusieurs artisans de la scène qui ont témoigné de leur nouvelle réalité.

Articles similaires