Saint-Laurent

Quatre nouveaux programmes de subventions environnementales

Stack of Cloth Diapers Photo: Photo: Archives Journal Métro

Les programmes de subventions environnementales de Saint-Laurent ont été revus et bonifiés pour l’année 2022. Le conseil d’arrondissement n’exclut pas la possibilité d’en ajouter de nouveaux si des besoins se font ressentir au fil du temps.

Ces quatre programmes permettent aux résidents d’obtenir des subventions à l’achat de trousses d’urgence, d’équipement d’entretien paysager sans carburant, d’équipement domestique écologique et de produits hygiéniques écoresponsables.

Lors de la dernière séance du conseil d’arrondissement, le mandat de gestion de ces programmes a été confié à VertCité. Un montant pouvant atteindre 33 000 $ sera remboursé aux Laurentiens cette année.

Les personnes intéressées à formuler des demandes pourront le faire à partir du 17 janvier en remplissant un formulaire sur le site internet de l’arrondissement, celui de VertCité ou celui de la Ville de Montréal.

Les programmes offrent une subvention de base de l’ordre de 50% de la facture des produits admissibles, jusqu’à un maximum qui varie entre 125 $ et 200 $.

Un soutien plus élevé est également offert aux familles à faible revenu. Sur présentation du plus récent avis de cotisation, celles-ci pourront bénéficier d’un remboursement de 70% de la facture des produits admissible, jusqu’à un maximum qui varie entre 175 $ et 280 $ en fonction des programmes.

«On a voulu agir rapidement pour rendre disponibles ces programmes à nos résidents dès le début de l’année, indique le maire de Saint-Laurent, Alan DeSousa. On veut outiller nos citoyens pour la lutte aux changements climatiques.»

Évolution

Depuis l’arrivée de programmes de subventions environnementales à Saint-Laurent en 2016, le nombre de demandes ne cesse d’augmenter, selon VertCité.

Son directeur général, Guy Déziel, estime que 300 demandes seront reçues en 2022, tous programmes confondus. Cette participation a un effet concret sur l’impact écologique des résidents de l’arrondissement.

«Si une personne utilise uniquement des couches jetables pour son bébé, par exemple, celles-ci représentent une tonne de déchets qui se rendront aux sites d’enfouissement, explique M. Déziel. Si les gens qui demandent des subventions utilisent uniquement des couches lavables, ce sont des dizaines de tonnes de matières résiduelles qu’on évite de produire.»

«Ce sont de petits gestes qui prennent un impact significatif lorsque l’on multiplie le nombre de personnes qui y adhèrent.»

Guy Déziel

Ces programmes s’inscrivent dans le cadre du plan d’urgence climatique adopté par l’arrondissement en automne dernier. Alan DeSousa n’exclut pas l’idée d’en ajouter d’autres dans l’avenir.

«On est très ouvert à faire un suivi des nouveaux besoins de nos résidents, soutient le maire de l’arrondissement. Pour l’instant, on met en place les quatre programmes qui ont trouvé la plus grande résonance dans notre population.»

Les détails concernant les produits admissibles dans chacun des programmes seront communiqués par l’arrondissement dans les prochains jours.

Articles récents du même sujet