Saint-Laurent

Des travaux devront être recommencés sur l’A40 après seulement un an

L'autoroute 40 (Métropolitaine) en direction ouest près de l’échangeur Décarie. Photo: Ministère des Transports

L’entrepreneur Roxboro Excavation devra recommencer une partie de ses travaux de maintien de la surface de roulement de l’autoroute 40 effectués en 2021 dans le secteur de la métropolitaine.

Un bitume de qualité inférieure a été utilisé dans la confection de l’asphalte. La firme assumera l’entièreté des coûts supplémentaires qui pourraient atteindre et même dépasser 10 M$.

L’asphalte en question a été apposé sur 8 des 11 kilomètres de lautoroute métropolitaine concernés dans le cadre de travaux de maintien de la surface de roulement.

L’utilisation d’une mauvaise classe de bitume dans l’asphalte forcera le resurfaçage du tronçon de 3 kilomètres entre le chemin Canora et l’autoroute Côte-de-Liesse cet été, et ce, à peine un an après les travaux originaux.

Un tronçon de 4,8 kilomètres entre les boulevards Provencher et Saint-Laurent sera quant à lui surveillé de près en attendant que des travaux d’envergure y soient effectués d’ici cinq ans.

L’entrepreneur garantira ses travaux d’ici là. Il versera également 820 000 $ au ministère des Transports (MTQ) sans condition pour troubles et ennuis.

«On effectuera des échantillonnages pour suivre l’évolution de la situation d’ici aux travaux du projet de réfection», indique le directeur général du MTQ pour la région métropolitaine de Montréal, Fadi Moubayed, qui assure que ceux-ci seront terminés d’ici l’échéance de la garantie des travaux par l’entrepreneur.

Le montant total que coûtera cette erreur à Roxboro Excavation dépendra du pourcentage de la surface du second tronçon qui devra être remplacée. M. Moubayed estime que si celui-ci atteint 40%, ce sont des coûts de l’ordre de 10 M$ que cette situation engendrera pour la firme montréalaise.

Suite des événements

Le ministère a d’abord remarqué du ressuage sur la surface asphaltée. Ce phénomène est causé par l’expansion du bitume, une composante de l’asphalte qui assure le comportement adéquat, lorsque sa température est élevée.

Ce phénomène est associé à une présence trop importante de bitume dans l’asphalte. «Le bitume prend de l’expansion et ne sait plus où aller et se retrouve en surface», explique M. Moubayed.

À la suite d’analyses, le ministère a constaté que le bitume utilisé était de qualité inférieure à celui indiqué au devis. Plus tard, l’entrepreneur lui a envoyé une lettre indiquant qu’un mélange inadéquat de deux bitumes a été utilisé lors de la fabrication de l’asphalte.

«Avoir une qualité inférieure de bitume cause des risques de dégradation beaucoup plus rapide de la surface de roulement», continue-t-il.

Il s’agit d’une première situation de la sorte répertoriée par le MTQ, qui affirme qu’il adaptera ses procédures de vérification afin d’éviter qu’elle ne se reproduise.

«On est en amélioration continue et on va tirer des leçons de cette situation-là», indique le directeur général.

Entraves à la circulation

Les travaux liés au resurfaçage du tronçon de l’A40 entre le chemin Canora et l’autoroute Côte-de-Liesse seront effectués les fins de semaine et devraient être terminés d’ici la fin de l’été.

Cet incident ne devrait pas avoir d’impact sur l’échéancier du projet majeur de réfection de l’autoroute Métropolitaine qui devrait avoir lieu dans les prochaines années.

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez un résumé quotidien de l’actualité de Montréal.

Articles récents du même sujet