Environnement
14:11 29 avril 2015 | mise à jour le: 7 juin 2021 à 15:47 Temps de lecture: 3 minutes

Collecte des restes de tables dès l’automne à Saint-Laurent

Collecte des restes de tables dès l’automne à Saint-Laurent
Photo: Archives / TC Media

La cueillette des déchets va changer dès cet automne à Saint-Laurent, avec l’ajout d’une nouvelle collecte hebdomadaire de matières organiques.

Conformément aux objectifs visés par Montréal d’éliminer l’enfouissement, l’arrondissement Saint-Laurent va de l’avant avec des modifications à son programme de cueillette d’ordures ménagères pour inclure le compostage.

Dès septembre, un premier lot de bacs bruns sera distribué dans les résidences de quatre logements et moins. En 2016, la collecte des résidus de table sera étendue aux immeubles de cinq à huit unités.

Le but est de réduire notre empreinte écologique. On va assurer une transition pour faciliter l’intégration des changements», explique le maire, Alan De Sousa.

Saint-Laurent ne récupère que 1652 tonnes de matières organiques par année et se classe ainsi 12e sur les 19 arrondissements de Montréal selon des données de 2013. Sur l’île de Montréal, la Ville de Pointe-Claire trône au sommet de l’agglomération avec 5475 tonnes récupérées.

«On a encore du chemin à faire. C’est pour ça qu’on entend faire des pas de géants dans les prochains mois pour nous améliorer», assure M. De Sousa. Il est d’ailleurs convaincu que la population n’aura aucun problème à s’adapter.

Aux deux semaines
Une fois les bacs distribués, la collecte des déchets passera à terme à une fois aux deux semaines. En décembre dernier, les contrats pour la collecte et le transport des matières résiduelles, arrivés à échéance, ont été renouvelés jusqu’en 2018 pour 12 M$. Ils ont arrimés pour permettre une nouvelle collecte de matières compostables.

L’arrondissement Saint-Laurent, conscient de bousculer les habitudes, prévoit débuter une vaste campagne d’information au cours des prochaines semaines pour expliquer les avantages de ces modifications. Un défi avec quelque 168 communautés ethniques différentes établies sur le territoire.

«Avec la collecte des matières organiques, les poubelles vont diminuer significativement. Tous vont être à même de constater qu’il ne restera plus grand-chose après avoir trié le recyclage et les restes de tables», soutient M. De Sousa.

Les matières organiques représentent environ les deux tiers des 257 kg de déchets produits en moyenne annuellement par chaque résident, selon une étude récente de Recyc-Québec.

Le maire n’entrevoit par ailleurs aucun problème de salubrité puisque les bacs seront fermés hermétiquement, ce qui empêchera les rongeurs ou autres petits animaux de les ouvrir. «Ce n’est pas sorcier le compostage. Il n’y a rien de nouveau dans ça!»

Les citoyens pourront choisir en ligne ou par téléphone, la grosseur du bac qui leur convient.

Écocentre
L’administration laurentienne vise à récupérer 80% des matières recyclables et organiques, des résidus domestiques dangereux, encombrants, de construction, de rénovation et de démolition d’ici quatre ans. «Pour assurer une cohérence dans notre offre de service et maximiser les efforts de chacun, nous avons fait concorder les changements de collecte à la mise en place du nouvel écocentre», précise le maire.

La construction du 8e écocentre de l’île de Montréal par la firme Charex débutera cet été sur la rue Sartelon. Il comprendra entre autre une rampe surélevée qui donnera accès à une douzaine de conteneurs servant au tri des matières dangereuses, du réemploi et les produits électroniques. Le ramassage pourra ainsi être assuré à l’année.

Articles similaires