Ahuntsic-Cartierville

Camping au CLSC

Photo: Félix O.J. Fournier/TC Media

La devanture du CLSC de Saint-Laurent a pris des airs de vacances mardi en milieu de journée. Loin de lézarder sur la pelouse, les employés ont manifesté contre la réduction des quotas de vacances, qui obligent nombre d’entre eux à prendre leurs congés en dehors des mois d’été. La direction souhaite de son côté assurer la régularité des soins.

Un total de près de 100 personnes ont pris part au camping improvisé entre 12h et 14h30 mardi sur le terrain de l’établissement du boulevard de la Côte-Vertu. Le Syndicat des travailleurs et des travailleuses du CSSS de Bordeaux-Cartierville-Saint-Laurent – CSN a qualifié la mobilisation de succès.

«Nous avons proposé à maintes reprises à l’employeur des solutions afin de permettre à nos travailleurs de prendre des vacances pendant l’été, indique le président, Benoît Taillefer. Particulièrement ceux qui ont des enfants et qui souhaiteraient être en vacances en même temps qu’eux, plutôt qu’en mai ou en octobre.»

Équilibre
«En période estivale, il y a une difficulté accrue par rapport à notre capacité de remplacer nos ressources qui s’en vont en congé», explique le directeur adjoint – relations avec le personnel et santé au travail du CIUSSS du Nord-de-l’Île-de-Montréal, Bruno Montigny.

Le CIUSS demande à ses gestionnaires de rechercher l’équilibre entre les congés et le fait qu’ils ne peuvent pas être tous pris en même temps, car cela créerait une pression additionnelle sur ceux qui demeurent au travail.

«En terme de continuité de service, la clientèle de l’hébergement par exemple a besoin de beaucoup de stabilité, ajoute M. Montigny. Si on laisse partir la grande majorité du personnel en même temps, c’est une clientèle qui perd ses repères.»

Des arguments qui seraient discutables, selon le syndicat, qui soutient qu’il faut remplacer les vacances, peu importe la période de l’année.

Discussions
«Même pour une employée en cuisine qui a 11 ans d’ancienneté, qui est très dévouée et qui fait tous les services de rappel, c’est difficile, voire impossible, de prendre des vacances l’été, elle doit attendre l’automne», clame M. Taillefer.

Pourtant, la direction du CIUSSS affirme qu’aucune modification majeure des quotas n’aurait été effectuée par rapport à l’année dernière et que le syndicat n’aurait fait aucune réclamation jusque lors, ce que dément le principal intéressé.

Résultat du camping improvisé, les discussions ont repris et devraient se poursuivre ce mercredi. Le directeur adjoint Bruno Montigny prétend que le CIUSSS ne demande pas mieux que de dialoguer pour trouver des solutions à ceux qui vivent des problématiques particulières.

Articles récents du même sujet