Saint-Léonard

Marco Calliari et l’OHLDV : Un concert pour célébrer deux anniversaires

Marco Calliari et l’OHLDV : Un concert pour célébrer deux anniversaires
Photo: Félix Lacerte-GauthierMarco Calliari, en compagnie de Hélène Louis-Seize, présidente de l’OHLDV, et de son directeur musical, Patrick Morin.

L’Orchestre d’Harmonie Leonardo Da Vinci (OHLDV) proposera samedi son concert La Belle Italie, en compagnie de Marco Calliari. À travers l’événement, ils célébreront tous deux leurs 30 ans respectifs de carrière.

L’Orchestre d’Harmonie Leonardo Da Vinci (OHLDV) proposera samedi son concert La Belle Italie, en compagnie de Marco Calliari. À travers l’événement, ils célébreront tous deux leurs 30 ans respectifs de carrière.

« Pour notre anniversaire, on voulait faire un événement pour les gens de Saint-Léonard, et on a eu l’idée folle d’amener Marco Calliari avec nous, résume la présidente de l’OHLDV, Hélène Louis-Seize. Je me disais souvent que je voulais faire une collaboration avec lui un jour, et il a accepté. »

Avec son spectacle l’orchestre tentera d’amener les spectateurs dans un voyage auditif à travers les différentes régions de l’Italie. Des projections vidéo permettront également d’illustrer les endroits visités musicalement. Une façon, pour l’OHLDV, de faire plaisir à la communauté italienne locale.

Premier défi de cette collaboration, et non des moindres, celui d’adapter le répertoire du musicien. « J’avais donné la tâche [à l’un de mes proches collaborateurs] d’orchestrer quelques-unes des chansons de mon répertoire, il y a quelques années, révèle Marco Calliari. D’avoir des partitions, ça vaut déjà beaucoup, on ne commence pas de rien. »

« Comme pour notre concert de Star Wars, la difficulté majeure, au niveau technique, était de passer du symphonique [orchestre ayant des instruments à cordes] à l’harmonique [composé principalement d’instrument à vent]. », ajoute néanmoins le directeur musical de l’OHLDV, Patrick Morin.

Le concert apporte également son lot de défis pour Marco Calliari, qui doit se défaire de certaines habitudes pour s’adapter à la présence de l’orchestre. Il n’a d’ailleurs disposé que d’une seule pratique avec les musiciens avant le spectacle, le travail d’équipe devenant particulièrement important pour en assurer le succès.

Le chanteur avait néanmoins pu rencontrer auparavant M. Morin afin de décortiquer avec lui les différents morceaux. « Mes chansons avaient été changées pour l’orchestre, explique-t-il. Il y a des subtilités dans chaque version, et je ne les joue pas nécessairement de cette façon. »

L’OHLDV et Marco Calliari en répétition avant le concert.

Évolution musicale

Pour animer la soirée, l’orchestre a fait appel à un agent de voyage, qui officiera à titre de maître de cérémonie, toujours dans l’idée d’amener les spectateurs dans une découverte de l’Italie. Et pour commémorer les deux anniversaires, un repas sera également proposé avant le spectacle.

« Pour nous, c’est une grosse évolution, croit Mme Louis-Seize. On est parti du petit orchestre de Saint-Léonard, et on grossit rapidement. On essaie d’aller de plus en plus vers des spectacles de haut niveau, avec des invités spéciaux. »

Pour Marco Calliari, il s’agit d’une nouvelle évolution dans sa carrière musicale. D’abord chanteur au sein du groupe métal Anonymus, il est par la suite passé à la musique traditionnelle italienne. « J’aime les défis, et là s’en est un beau, s’exclame-t-il. C’est le “fun” , parce qu’il y aura plusieurs couleurs et styles. Les gens pourront se laisser emporter pendant une soirée. »