Saint-Léonard
13:27 25 avril 2019 | mise à jour le: 25 avril 2019 à 13:33

Se laisser bercer par la magie de Star Wars

Se laisser bercer par la magie de Star Wars
Photo: Félix Lacerte-GauthierLa présidente de l’OHLDV, Hélène Louis-Seize, en compagnie du directeur musical, Patrick Morin

Samedi le 4 mai prochain, l’Orchestre d’Harmonie Leonardo Da Vinci (OHLDV) présentera un concert dédié à Star Wars. Une occasion pour les spectateurs de revivre certains des moments iconiques de la franchise à travers la musique de ses films.

« C’était vraiment une folie, lance d’entrée, dans un éclat de rire, la présidente de l’orchestre, Hélène Louis-Seize. Avec le conseil d’administration, on avait proposé l’idée de faire un tel concert. Mais c’est dans une autre gamme de difficulté. »

Le directeur musical de l’orchestre, Patrick Morin, s’est joint à l’équipe en septembre, alors que le concert était déjà prévu. Bien qu’étant un projet difficile, l’idée lui plaisait. « Star Wars est un monument, en termes de partition et de musique, rappelle-t-il. C’est tellement iconique, ça en devient intéressant pour tout le monde, et ça reste de la musique symphonique accessible. »

L’idée du concert a été prévue il y a un an. Coïncidence, il se déroule le 4 mai, devenue avec les années une journée Star Wars officieuse, en raison d’un calembour en langue anglaise (May the Force be with you, transformé en May the fourth be with you). « Je regardais avec le Centre les dates disponibles pour réserver la salle, dévoile Mme Louis-Seize. C’était tout à fait un hasard, je ne connaissais pas cette fête. C’est l’un de mes musiciens qui me l’avait appris par après. »

 

Un défi pour les musiciens
L’OHLDV est composée d’une quarantaine de musiciens, tous amateurs, d’âges et de niveaux variés. Depuis janvier, ils se pratiquent ensemble chaque mardi soir, afin d’être fin prêts pour le concert. « Nous sommes des passionnés de musique, mais nous ne sommes pas des professionnels, souligne Mme Louis-Seize. Ça a été difficile, mais ça nous a permis de construire notre esprit d’équipe et de progresser. C’est un grand accomplissement pour nous qui a vraiment changé la dynamique du groupe. »

L’un des grands obstacles retrouve au niveau de l’adaptation. Célèbre compositeur, John Williams a notamment créé les musiques d’Indiana Jones, Harry Potter, et Jurassic Park, entre autres. La musique des films de Star Wars, qu’il a également composée, avait initialement été prévue pour un orchestre symphonique, dans lesquels se retrouve une section d’instruments à cordes. « Le défi principal, pour un orchestre à vent comme le nôtre, est la transcription, explique le directeur musical de l’OHLDV, Patrick Morin. Il y a des choses qui se font très bien en violon, qui ne se font pas en vent, ou qui se font différemment. Certains passages demandent une dextérité des doigts presque surhumaine », donne-t-il en exemple.

Le chef d’orchestre est particulièrement fier de la progression de ses musiciens, qui ont été capable de s’ajuster, malgré les morceaux qui demeurent, à ses dires, très demandants. « Ils restent des amateurs qui le font pour le plaisir, et ils sont d’un niveau franchement agréable pour des non-professionnels. C’est un gros tour de force, et je ne crois pas que les spectateurs entendront la différence. » Pour Mme Louis-Seize, s’est d’ailleurs le brio de ce dernier qui a permis aux musiciens d’atteindre ce niveau.

 

Pour tous les goûts
Fort de ses bientôt 9 films officiels, sans compter les nombreux films et séries dérivés, l’univers de Star Wars est plutôt vaste. Pour autant, M. Morin voulait s’assurer que chacun puisse y trouver son compte. « On a pris une majorité d’œuvres des épisodes 4, 5 et 6, puisque c’est à ce moment que la série a pris son essor et que les principales thématiques en sont issues, révèle-t-il. Mais on voulait quand même toucher à toutes les époques, autant les derniers films avec Rey, que l’origine d’Anakin Skywalker et de sa transformation en Dark Vader. »

Plutôt que de les mettre en ordre chronologique, M. Morin a choisi de les placer afin d’alterner pièce calme et difficile, afin de laisser des moments de répit à ses musiciens. Certaines pièces, jugés trop difficile ont également été écartées d’emblée. C’est notamment le cas des morceaux accompagnant les batailles de Yavin et de Hoth.

Pour donner un peu de cohérence à l’ensemble, la soirée sera animée par l’acteur Jean-François Beaupré, qui est également un passionné de Star Wars. Il présentera et contextualisera les morceaux, et de par ses mots, pourra ainsi mettre les spectateurs dans l’ambiance des films.

« Pour Star Wars, je voulais en faire un événement, souligne Mme Louis-Seize. On sait qu’il y aura beaucoup de fans qui viendront nous voir. Je voulais proposer plus que de la musique. » Dans cette optique, le concert sera précédé d’une conférence du cinéaste Marc Joly Corcoran qui est également chargé de cours à l’Université de Montréal. De même, l’artiste Patrick Larrivé présentera 9 toiles inspirées de l’univers des films. La présidente avait également invité la Garnison Forteresse Impériale, qui pour des raisons de droit, est plutôt venue en avril.

Les billets pour la soirée sont presque tous écoulés. « C’est le plus beau cadeau qu’on puisse recevoir, d’avoir des gens assis dans la salle qui apprécient notre concert », admet Mme Louis-Seize. De son côté, M. Morin espère qu’autant les spectateurs que les musiciens y trouveront leur plaisir, et se laisseront bercer par la magie des films.


Une conférence pour décortiquer Star Wars
En introduction du concert, l’OHLDV a invité le cinéaste Marc Joly Corcoran, qui proposera une conférence d’une trentaine de minutes. Également chargé de cours à l’Université de Montréal, il tourne depuis 2017 le documentaire Que le fan soit avec toi, portant sur des admirateurs de Star Wars de la génération X. Son film sortira au courant de l’année 2020.

« Je ne veux pas faire une conférence trop académique, je veux qu’elle soit accessible, révèle-t-il. Je vais partir de ma propre expérience, très personnelle, pour que ça puisse résonner dans l’esprit des gens et qu’ils puissent se reconnaître dans mes propos. »

À travers sa démarche, il essaie de comprendre pourquoi on devient passionné de Star Wars, s’intéressant notamment aux contextes sociaux et historiques entourant les films. « Je vais également parler de l’aspect mythologique, notamment l’influence que ses théories auraient eue sur la série. »

Une exposition en accompagnement
En plus de la musique, une exposition de l’artiste Patrick Larrivée ajoutera un aspect visuel au concert. Pour l’occasion, il aura créé neuf toiles, qui seront exposées à l’entrée de la salle. L’une d’elles sera d’ailleurs offerte en tirage lors de l’entracte. Les huit autres seront également mises en vente.

« Il y a certains personnages qui nous ont tous touché, qui sont des incontournables, comme Yoda, ou Dark Vader. Pour le reste, je me laisse inspirer par ce qui circule, explique M. Larrivée. J’ai aussi demandé à mon entourage ce qui les attire sur Star Wars pour prendre le pouls de la clientèle. »

Lui-même fan de Star Wars, l’artiste collabore depuis 2014 avec l’orchestre, à travers de telle mini-exposition. Il se définit lui-même comme étant un tachiste et graphiste contemporain. « Je commence par des tâches que je juxtapose, et le portrait finit par ressortir de lui-même. Par la suite, j’essaie d’y mettre une 3e dimension. Je veux que les gens puissent voyager à travers ma toile et sentir le personnage. »

Articles similaires