Éducation
16:53 21 octobre 2020 | mise à jour le: 21 octobre 2020 à 19:45 temps de lecture: 3 minutes

Nahal Derayeh, une enseignante ayant la réussite à cœur

Nahal Derayeh, une enseignante ayant la réussite à cœur
Photo: Félix Lacerte-Gauthier/MétroEnseignante de français à l’école Dante, Nahal Derayeh est elle-même de quatre enfants d’âge scolaire.

Enseignante de français à l’école Dante, l’engagement de Nahal Derayeh pour le succès de ses élèves a été souligné par la Commission scolaire English-Montréal. Pour favoriser la réussite scolaire, l’enseignante a un grand recours aux technologies, ce qui tombe à point en cette période inusitée.

Depuis quelques années maintenant, elle utilise des groupes Facebook privés afin de partager des capsules vidéos avec ses élèves et leurs parents. Une façon de les garder impliqués.

«J’avais remarqué que les enfants ont une vie familiale en dehors de l’école qui peut être bien stressante. Je me demandais ce que je pouvais faire pour les aider, eux et leurs parents», explique Mme Derayeh.

C’est à la suite d’une séance de formation continue, qu’elle a suivie il y a quatre ans, que l’idée d’utiliser la technologie pour favoriser le succès de ses élèves a germé.

«Je trouvais que l’intégration des technologies était mon point faible et je voulais l’améliorer. La formation était à propos de créer un site internet, mais ça me semblait tellement compliqué. Je m’étais dit que je trouverais quelque chose que je serais moi-même à l’aise d’utiliser», se souvient-elle.

L’enseignante a alors pensé à Facebook, qu’elle utilisait déjà avec sa famille et ses amis. Capsules vidéo reprenant des notions clés vues en classe, photos des activités entreprises par les élèves; le groupe permet de suivre le déroulement des classes.

«Ça permet aux parents de rester connectés et d’être au courant de la vie scolaire de leurs enfants, remarque Mme Derayeh. Les capsules permettent aussi à mes élèves de consolider les leçons de la journée et les absents peuvent plus facilement se rattraper.»

Ces capsules sont d’autant plus les bienvenues que les parents ne savent pas toujours comment s’y prendre pour aider leurs enfants à faire leurs devoirs.

Avec la pandémie, cette infrastructure numérique déjà en place a été particulièrement utile, surtout au printemps, alors que les écoles étaient fermées.

«Tous les enseignants aiment leurs élèves, mais quand on trouve le moyen de leur montrer, c’est plus facile pour eux d’apprendre. Ils réalisent à quel point ils sont importants pour nous.» – Nahal Derayeh, enseignante à Dante

«La seule chose qui a changé pour moi est que j’ai commencé à faire des rencontres par Zoom pendant la semaine. Mais j’avais déjà un contact avec les parents et les élèves», se remémore l’enseignante.

Elle remarque que les élèves appréciaient également de la voir dans son quotidien, alors qu’elle filmait aussi des capsules de sa maison ou parfois en extérieur.

«J’essaie d’avoir un contact avec eux presque tous les jours. Ça ne prend pas beaucoup de temps et on réalise à quel point c’est efficace et ça m’encourage à poursuivre», ajoute Mme Derayeh.

Pour le futur, elle admet qu’elle aimerait bien pouvoir enseigner au niveau universitaire afin de pouvoir transmettre son expérience et ses connaissances à de prochaines générations d’enseignants.

Articles similaires