Saint-Léonard
18:16 13 janvier 2016 | mise à jour le: 14 janvier 2016 à 09:43 Temps de lecture: 2 minutes

Une boutique «au profit des pauvres»

Une boutique «au profit des pauvres»
Photo: Audrey Gauthier/TC Media

Jupes à 5$, pantalons à 3$, livres à 1$: la boutique d’Amélie est un commerce où l’on retrouve des produits à prix modiques. Mais, ce n’est pas tout. Derrière ses allées d’articles et de marchandises se cache un projet pour aider les plus démunis de Saint-Léonard.

Depuis maintenant des dizaines d’années, ce service de la Saint-Vincent-de-Paul–Saint-Léonard accepte les dons des particuliers qu’elle met ensuite en vente à prix réduit. Les profits sont par la suite réinvestis dans le dépannage alimentaire, mais également dans le soutien de la population plus vulnérable du secteur.

«Nous ne sommes pas une boutique pour les pauvres, mais bien au profit des pauvres», affirme Ellen Schrybert, présidente de la Société Saint-Vincent-de-Paul–Saint-Léonard.

Avec les profits de la boutique, l’organisme achète, entre autres, du lait pour les paniers alimentaires et l’offre ainsi gratuitement à ces membres.

Une aide
Le service de la boutique, gérée entièrement par des bénévoles, offre également des articles gratuitement à la clientèle qui lui est référée par un travailleur social, un intervenant ou par la Saint-Vincent-de-Paul.

«Un jour, deux Africaines sont venues nous voir, car elles avaient dû quitter rapidement leur pays et n’avaient absolument rien ici. Nous les avons aidés avec quelques dons», explique Jeannette Chevalier, responsable de la boutique d’Amélie.

Cette entreprise sans but lucratif est d’une grande d’aide pour l’organisme en sécurité alimentaire.

«Sans la boutique, il n’y aurait pas de dépannage alimentaire. Nous aurions seulement le service de paniers alimentaires offerts en collaboration avec Moisson Montréal. Le coût de la carte de membre serait également plus élevé», souligne Mme Schrybert.

Toutefois, les deux responsables s’entendent pour dire que l’apport de la boutique du boulevard Couture est bien plus qu’un moyen d’apporter des fonds à la Saint-Vincent-de-Paul–Saint-Léonard.

«Nous n’aidons pas que les personnes les plus démunies, mais également monsieur et madame tout le monde en offrant des produits en bon état à faible coût», fait valoir Mme Chevalier.

Articles similaires