Manger et boire local
15:52 25 octobre 2017 | mise à jour le: 25 octobre 2017 à 15:56 Temps de lecture: 3 minutes

Un duo père-fils au Mondial du pain

Un duo père-fils au Mondial du pain
Photo: Photo: Gracieuseté – Amour du pain

Laurent et Damien Agliata de la boulangerie L’Amour du Pain, nouvelle destination gourmande à Griffintown depuis juin, se sont mesuré aux meilleurs boulangers de la planète à l’occasion de la 6e édition du Mondial du pain qui avait lieu à Nantes du 22 au 24 octobre.

Le duo père-fils n’a malheureusement pas raflé les grands honneurs lors de cette compétition internationale qui accueillait des représentants de 18 pays. Toutefois, cumulant 40 années d’expérience dans le domaine, les deux artisans du pain se sont déjà démarqués pour leurs talents au fournil. En 2014, le père a remporté le titre de meilleur boulanger bio au Québec, prix qui a été remporté par son fils Damien l’année suivante.

«C’est pour notre savoir-faire que notre entraîneur Patrick Le Jallé nous a proposé de représenter les couleurs du Canada à Nantes», explique l’aîné du duo, qui était particulièrement heureux de pouvoir participer à cette compétition avec son fils de 22 ans dans le pays dont il est originaire.

L’enseignant et consultant en boulangerie à l’École Hôtelière de Montréal Calixa-Lavallée et membre des Ambassadeurs du Pain, Patrick Le Jallé, a supervisé les deux représentants canadiens tout le long du processus. Ces derniers ont consacré plus de 400 heures de leur temps en vue de la compétition, en plus de vaquer à leurs obligations habituelles.

«Toute l’équipe de l’Amour du pain les a supportés tout le long de ces 8 mois de préparation. Nous leur avons donné du temps de pratique, mais ils ont aussi travaillé très fort à la maison», mentionne la propriétaire de la boulangerie, Evelyn Trempe. Elle s’est d’ailleurs rendue en France, en compagnie de quelques membres de l’équipe, afin d’encourager le duo formé de son chef viennois et son chef boulanger.

Compétition
L’équipe a présenté au jury quatre sortes de pain en plus de trois différents types de viennoiseries et un sandwich, auxquelles elle a intégré des bleuets du Lac-Saint-Jean, du sirop d’érable et du crabe des neiges de Gaspésie.

«C’était important pour nous d’intégrer des produits d’ici à nos recettes», souligne Laurent Agliata, précisant que la pièce artistique qu’ils ont confectionnée était aussi à l’image de l’identité canadienne, en l’honneur du 150e anniversaire. «Notre sculpture entièrement faite de pâte à pain représentait des animaux, un tipi, un totem et des feuilles d’érable», ajoute-t-il.

Ces descendants d’artisans boulangers de 3e et de 4e génération disposaient de neuf heures pour mener à terme les recettes qu’ils avaient soigneusement réfléchies au préalable. Ils étaient d’ailleurs outre-mer une semaine avant le début du défi afin de se pratiquer dans une boulangerie nantaise, appelée L’artisan pâtissier.

Maintenant de retour à Montréal, Laurent Agliata poursuivra ses activités à la boulangerie artisanale pour laquelle il travaille depuis six ans avec son fils, s’affairant dans ses trois installations de Brossard, Boucherville et Griffintown. Un quatrième point de vente ouvrira également bientôt ses portes dans le Vieux-Montréal à l’intérieur de la boutique Espace Pépin.

Articles similaires