Actualités

Chez Fred tire sa révérence

Chez Fred tire sa révérence
Photo: (Photo: La Voix Pop - Justine Gravel)

La boulangerie artisanale de la rue Notre-Dame Ouest dans Saint-Henri, Chez Fred, mettra définitivement la clé sous la porte le 8 août, au grand dam des résidents du quartier. Le manque de profit explique la fermeture de l’entreprise lancée il y a deux ans par les frères Frédéric et Ludovic MacGuire.

«Nous n’avons jamais été rentables. Nous avons tenu notre engagement par rapport au contrat de location de deux ans, mais notre chiffre d’affaires ne nous permettait pas de continuer», souligne Frédéric MacGuire.

Son frère et lui ont travaillé bénévolement depuis les tous débuts et s’endettaient afin de pouvoir payer leurs employés. «Nous n’avons pas la capacité financière des franchises, qui peuvent se permettre d’être en perte pendant plusieurs années parce qu’ils ont suffisamment d’argent en banque. J’ai mis toutes mes économies là-dedans et j’ai tout perdu, confie-t-il. C’est la vie, ça fait partie du jeu».

Des fidèles clients ont partagé leur déception face à cette décision sur les réseaux sociaux. «C’est une terrible nouvelle», commente un internaute sur la page Facebook du groupe St-Henri. «Où est-ce que je vais acheter mes croissants maintenant», renchérit un autre utilisateur.

Originaires de Bretagne, les deux boulangers confectionnaient tous leurs produits eux-mêmes. Alors que la production d’un croissant artisanale coûte environ 0,90$ selon le prix de la livre de beurre, en acheter à l’échelle industrielle revient à plus ou moins 0,35$ chacun.

«Quand on les vend à 1,60$ l’unité, on a une faible marge de profit. Mais, on veut que ce soit fait maison, c’est notre passion. Et c’est important d’offrir nos produits à faible coût, même si c’est à perte. Un duo chocolatine et café coûte moins cher qu’au McDonald’s», soutient le boulanger, précisant que plusieurs résidents choisissaient tout de même la chaîne de restauration rapide située à deux pas de leur commerce.

Autre succursale
Si les propriétaires trouvent douloureux de fermer définitivement la succursale de Saint-Henri, qu’ils considèrent comme «leur bébé», celle de la rue Sherbrooke Ouest dans Notre-Dame-de-Grâce (NDG), lancée en 2012, demeurera ouverte.

«Il n’y a pas plus de compétition ici que dans NDG, mais nos produits semblent davantage plaire à la clientèle de ce secteur. Pourtant, nous avons essayé de varier nos produits dans Saint-Henri pour satisfaire les clients, mais ça n’a pas fonctionné», renchérit Frédéric MacGuire.

Leurs croissants, pains et pâtisseries demeureront toutefois en vente dans différents commerces de l’arrondissement, dont Lili et Oli et Caffè Farina, ainsi que dans plusieurs cafés verdunois. Les propriétaires souhaitent également développer un service de livraison pour les gens du Sud-Ouest.

Le projet est encore embryonnaire, mais ils songent déjà à se procurer un véhicule électrique pour faire la distribution.

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *