Actualités

Taverne Magnan: la fin d’une époque

Taverne Magnan: la fin d’une époque
Photo by: (Photo: Archives - Voix Pop)

La Taverne Magnan n’est maintenant plus qu’un souvenir dans la tête des résidents de Pointe-Saint-Charles. Le bâtiment occupé pendant 82 ans par le steak house du Sud-Ouest a passé sous la pelle mécanique ce mercredi afin de laisser place à un projet résidentiel. Il s’agissait du troisième restaurant le plus ancien de la métropole, après le Montréal Pool Room et le Schwartz’s.

Le nouveau propriétaire de l’immeuble de la famille Magnan, Michael Bertone, y construira un immeuble de trois étages qui comprendra des commerces au rez-de-chaussée et une cinquantaine de logements locatifs.

Vu l’état du bâtiment, qui a subi une succession d’agrandissements au cours du 20e siècle, sa démolition était nécessaire. Elle a d’ailleurs été autorisée par l’arrondissement du Sud-Ouest en 2016, à la condition que la nouvelle construction commémore le célèbre restaurant qui a accueilli les résidents de la Pointe pendant plus de huit décennies.

Photo: Leo Da Estrela

Historique
C’est en 1932 que l’institution montréalaise ouvre ses portes dans le quartier ouvrier de Pointe-Saint-Charles. Récemment mis au chômage, Armand Magnan souhaite offrir un lieu de rencontre aux travailleurs des alentours et de la ville voisine, Verdun.

L’établissement, qui compte à l’époque une quinzaine de places, conquis rapidement le cœur des résidents lorsque Marie-Ange Magnan, épouse d’Armand, commence à y servir des assiettes de soupe aux pois et des sandwichs aux lards. Plus tard, le fameux rôti de bœuf, pour lequel la taverne est reconnue, apparaîtra sur le menu.

Après le décès du fondateur, en 1953, ses fils Yves, Lucien et Hubert prennent la relève et agrandissent l’établissement progressivement. Le modèle d’affaires change alors radicalement. Autrefois exclues des tavernes, les femmes sont désormais acceptées.

Au tournant des années 1990, le fils d’Yves Magnan, Bernard, reprend les rênes de l’entreprise familiale avant de passer le flambeau au mari de sa sœur, Alain Gauthier. Ce dernier restera propriétaire jusqu’à la fermeture définitive de l’établissement en 2014 en raison du nombre grandissant de restaurants en ville, des travaux routiers continuels et de l’augmentation marquée du prix du bœuf.

Les dernières assiettes seront servies le 21 décembre 2014.

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *