Sud-Ouest
16:22 17 avril 2020 | mise à jour le: 24 avril 2020 à 17:15 temps de lecture: 3 minutes

Rester en affaires malgré la tempête

Rester en affaires malgré la tempête
Photo: GacieusetéÀ travers leurs produits, Sylvain Milhomme et Nathalie Cuillerier espèrent apporter un peu de réconfort en cette période difficile.

Les affaires sourient toujours à la pâtisserie Avec le temps-confections gourmandes, malgré la pandémie qui secoue l’économie. Le commerce du boulevard Monk attire encore de nombreux clients qui ont toutefois changé leurs habitudes de consommation.

Les deux propriétaires, Sylvain Milhomme et Nathalie Cuillerier, sont loin de chômer depuis le début de la crise sanitaire. Ils ont décidé de poursuivre leurs activités en modifiant leurs heures d’ouverture et en adoptant des mesures pour respecter les directives de santé publique.

«Depuis qu’on est ouvert, il y a deux ans et demi, on s’est donné un peu comme mission d’être un commerce de proximité pour les gens du quartier. On a vu que la demande était encore là», explique M. Milhomme.

Pour le couple d’entrepreneurs, il s’agissait aussi d’une question de survie alors que leur magasin du Sud-Ouest connaissait une période de croissance. L’achalandage a un peu diminué, mais rien de catastrophique, assurent-ils.

«Ce qui a changé, c’est les types d’achats que les gens font, précise M. Milhomme. Maintenant, on ne vend presque plus de café. Par contre, les gens ont commencé à commander des petits gâteaux de fête pour une famille de quatre.»

Leurs croissants se vendent aussi comme des petits pains chauds. «Avant, ils se vendaient les samedis et dimanches. Comme les gens sont à la maison la semaine, ils vont en prendre six pour en ramener chez eux, au lieu d’en acheter un», constate Mme Cuillerier.

La fin de semaine de Pâques leur a aussi été bénéfique avec la vente d’un menu brunch pour quatre personnes. Le commerce espère désormais profiter de l’arrivée du beau temps avec leur crème glacée.

Avenir

Les deux copropriétaires de Ville-Émard opèrent actuellement à eux seuls la pâtisserie. Leur seul employé à temps plein est au chômage.

Le couple demeure optimiste après la fin de la pandémie puisque la population aura besoin de se rassembler à nouveau. «Les gens vont vouloir acheter des gâteaux parce qu’ils vont avoir envie de recevoir leurs amis», mentionne Nathalie Cuillerier.

Le duo n’a aucune attente pour éviter les déceptions. «On va continuer de consolider ce qu’on bâtit depuis deux ans et demi. Puis, on va poursuivre avec un plan de croissance», expose M. Milhomme.

Visibilité

Les 700 croissants initialement prévus pour la 10e édition de la Fête du croissant auront plutôt été vendus en trois semaines. L’événement qui devait avoir lieu le 25 avril a été reporté à mai 2021.

La pâtisserie Avec le temps-confections gourmandes en sera à sa troisième participation à cette fête qui regroupe près de 100 artisans. Cette journée leur donne une visibilité inespérée.

«Ça nous permet d’aller chercher entre cinq et dix nouveaux clients qui ne savaient pas qu’on existait. Ils reviennent par la suite», mentionne Sylvain Milhomme.

Chaque édition, la Fête du croissant offre plus de 150 000 croissants faits maisons pour 1$.

Articles similaires