Île-des-Sœurs
06:00 2 avril 2020 | mise à jour le: 1 avril 2020 à 15:58 temps de lecture: 3 minutes

Des antennes 5G qui sèment l’inquiétude à L’Île-des-Sœurs

Des antennes 5G qui sèment l’inquiétude à L’Île-des-Sœurs
Photo: GracieusetéDes antennes 4G se retrouvent au-dessus d’un immeuble à logement sur la rue Carot, à L’Île-des-Soeurs.

Alors que la Ville de Montréal est très occupée à mettre en place différentes mesures pour répondre à la crise de la COVID-19, le Verdunois Klaus Scherübel croit qu’il ne faut pas négliger les autres questions de sécurité publique. Il s’inquiète du déploiement des antennes 4G et 5G, particulièrement au-dessus d’un immeuble à logements à L’Île-des-Sœurs.

Des affiches avertissant du danger si on se trouve à moins de deux mètres des installations qui ont été mises sur le toit, directement au-dessus des appartements de la rue Carot. L’antenne 4G de Rogers, montée l’année dernière, causerait des troubles de santé aux résidents, estime-t-il.

M. Scherübel aurait voulu s’adresser au conseil municipal de Montréal, mais comme les questions sont tirées au hasard, il n’a pas été en mesure de le faire, n’ayant pas été sélectionné.

Il n’est pas le seul à s’inquiéter du déploiement des antennes 5G à L’Île-des-Sœurs et ailleurs à Montréal. Il a pu obtenir quelques éclaircissements à la suite de la question du Montréalais Sylvain Laniel. L’implantation du 5G de la société Rogers «dépasse substantiellement la zone délimitée par le laboratoire urbain», selon lui.

M. Laniel est d’avis que «la stratégie de la Ville afin de minimiser le nombre d’antennes 5G sur son territoire ne fonctionne pas puisque chaque opérateur y va de son propre déploiement de technologie.»

Installation conforme

Les antennes sont installées selon les règles et ne sont pas sur le mobilier urbain de la Ville de Montréal, a expliqué le président du comité exécutif et maire du Sud-Ouest, Benoit Dorais, en remplacement de François Croteau, responsable du dossier de la ville intelligente.

Afin de respecter les règles de distanciation sociale, une grande partie des élus n’étaient pas présents lors du conseil de ville, la plupart étaient connectés par téléconférence.

«C’est important de comprendre que la Ville n’a pas le pouvoir de réglementer l’arrivée de ces antennes et des installations sur du mobilier qui ne lui appartient pas», souligne-t-il.

La technologie 5G demande beaucoup d’antennes, à chaque 300 mètres, a précisé M. Dorais.

«On sait que c’est quelque chose qui préoccupe notre population. On appliquera des principes de précaution dans le déploiement de tout cela», dit-il.

L’élu a fait savoir que la Ville travaille en concertation avec les gens de la Fédération canadienne des municipalités (FCM) et avec l’Union des municipalités du Québec (UMQ). 

Articles similaires