Île-des-Sœurs
12:05 24 mai 2020 | mise à jour le: 24 mai 2020 à 12:05 temps de lecture: 3 minutes

Politique provinciale: la députée de Verdun toujours active à distance

Politique provinciale: la députée de Verdun toujours active à distance
Photo: ArchivesIsabelle Melançon a été réélue comme députée libérale de Verdun lors des élections de 2018.

Le contexte actuel bouleverse notre travail et il en est de même pour nos élus. Le rôle de la députée de Verdun, Isabelle Melançon, a aussi été transformé par la pandémie. 

Elle garde contact régulièrement avec les organismes de la région. Notamment, la situation semble s’être améliorée dans les banques alimentaires. «Au départ, personne n’avait prévu autant de demandes», souligne Mme Melançon.

Depuis la fermeture des écoles à la mi-mars, l’élue libérale et son équipe font de nombreux appels aux résidents pour voir comment ils se portent. «Pour moi, c’est important de savoir comment ça se passe et s’ils ont besoin de quelque chose», indique-t-elle.

[related_stories_cloumn]

Au début, les appels étaient surtout ciblés auprès de gens de 70 ans et plus, mais maintenant cela est fait de façon aléatoire.

«On fonctionne avec la liste électorale. Le directeur général des élections nous a permis d’utiliser cet outil puisque c’est pour une crise sanitaire», explique Mme Melançon. Elle se réjouit de recevoir des commentaires positifs des résidents qu’ils lui disent que son appel leur fait du bien.

«Verdun est durement touché par la pandémie. Parmi les décès, il y en a beaucoup que je connaissais et c’est difficile à vivre comme élu.»

— Isabelle Melançon, députée de Verdun.

Suivis

Il y a quelques semaines, le travail a repris à l’Assemblée nationale, alors qu’aucune rencontre physique n’avait eu lieu depuis près de deux mois. Exceptionnellement, deux périodes de questions ont eu lieu au salon bleu.

Mme Melançon garde un œil sur le projet d’agrandissement de l’Hôpital de Verdun. Elle est entre autres en lien avec le cabinet du président du Conseil du trésor. Il semble que l’échéancier soit respecté.

«Je ne veux pas que la pandémie amène un retard, mentionne Isabelle Melançon. Je vais suivre le dossier avec beaucoup d’ardeur.»

D’autre part, il n’y a pas de nouveau pour le projet de la troisième école à L’Île-des-Sœurs. Mme Melançon affirme qu’elle talonne toujours le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, qui avait promis lors de sa visite à l’île qu’un terrain serait réservé d’ici la mi-juin 2019.

La pandémie est venue perturber les plans, puisque l’énergie doit être concentrée sur le retour en classe et les mesures à prendre pour assurer la sécurité des élèves. Toutefois, un troisième établissement scolaire permettrait un meilleur accueil des enfants. 

Articles similaires