Île-des-Sœurs
06:00 16 juillet 2020 | mise à jour le: 15 juillet 2020 à 18:43 temps de lecture: 4 minutes

Parés à adopter le masque dans les lieux publics fermés

Parés à adopter le masque dans les lieux publics fermés
Photo: Josie Desmarais/MétroLe masque sera obligatoire dans les lieux publics partout au Québec à compter du 18 juillet.

Au premier abord, environ une personne sur deux porte le masque dans les lieux publics à Verdun. Toutefois, à l’extérieur, quand on se promène sur la rue Wellington par exemple, la plupart ne portent pas le couvre-visage. Après avoir sondé plusieurs passants, il semble que la majorité des Verdunois soit favorable au port du masque obligatoire dans les lieux publics fermés.

Depuis lundi, le port du masque est obligatoire dans les transports en commun à Montréal. Toutefois, la plupart des usagers avaient déjà le réflexe de le porter dans les bus et le métro de la métropole. «Je prends le transport en commun tous les jours et presque tout le monde porte le masque. J’étais surprise de voir à quel point c’était le cas d’ailleurs», a souligné la Verdunoise Fatima Dyla quelques jours avant l’entrée en vigueur du règlement.

Une autre étape sera franchie le 18 juillet, alors que l’obligation de porter le masque dans les lieux publics entrera en vigueur. Ces endroits incluent notamment les bars, les restaurants, les magasins, les épiceries, les bibliothèques et les centres sportifs. La Ville de Montréal emboîtera ainsi le pas à d’autres villes comme Toronto qui ont fait de même.

En faveur 

«Dès qu’on entre dans un magasin, on met notre masque. C’est devenu une habitude. On aimerait que Legault l’oblige à travers le Québec […] parce que les gens ne le portent pas assez de manière générale», ont commenté Roger et Françoise Bissonnette qui faisaient des emplettes sur la Wellington.

La très grande majorité des gens interrogés sur la question dans le quartier abonde dans le même sens. «Je suis complètement favorable à la décision de porter le masque dans les lieux publics parce qu’on ne connaît rien encore du virus. On continue d’en apprendre chaque jour. Vaut mieux se protéger et protéger les autres au meilleur de nos capacités», souligne une résidente qui préfère garder l’anonymat, qui portait le masque malgré la canicule.

Inquiétude

La résidente Fatima Dyla explique qu’elle est récemment tombée face à face sur une cliente qui ne portait pas le masque, alors que les deux femmes ont tourné le coin d’une allée du supermarché en même temps. «Je ne me suis pas bien senti, j’étais stressée. Quand ça sera obligatoire, de voir que tout le monde porte le masque, c’est sûr que j’aurai moins peur», dit-elle.

Mme Dyla aurait d’ailleurs aimé que le gouvernement oblige le couvre-visage dans les lieux publics fermés dès le début de la pandémie. «C’est sûr que c’était plus compliqué déjà que dans les établissements de santé on pensait en manquer. Main maintenant c’est disponible partout», dit-elle.

D’autres citoyens portent le masque dans les lieux publics fermés la plupart du temps, mais pas partout. Ian Richards ne porte pas son masque par exemple lorsqu’il va au dépanneur du coin, puisqu’il est toujours le seul client et que le commis est derrière un Plexiglas. «Mais si je vais à l’épicerie ou n’importe où ailleurs, c’est sûr que je le porte parce qu’il y a beaucoup de chance de croiser quelqu’un», indique M. Richards. Il est favorable à la décision du gouvernement, puisque selon lui encore trop de gens ne portent pas le masque.

Bien que Métro IDS/Verdun n’ait pas croisé de gens non favorables au futur règlement de la ville-centre, on peut lire entre autres sur les réseaux sociaux que certains trouvent que cela brime leur liberté et qu’il s’agit d’un choix personnel.

Au moment d’aller sous presse, la Ville de Montréal n’avait pas présenté les détails de son futur règlement.

Avec plus de 27 000 contaminations et 3400 décès, Montréal est la région la plus touchée du pays par le coronavirus.

Articles similaires