Verdun
07:00 27 janvier 2021 | mise à jour le: 28 janvier 2021 à 08:38 temps de lecture: 5 minutes

Méthode Wim Hof: méditer sous zéro degré

Méthode Wim Hof: méditer sous zéro degré
Photo: Denis GermainDepuis que les berges près de la plage urbaine de Verdun sont couvertes de glace, Sébastien Zappa se rend à la Vague à Guy pour pratiquer la Méthode Win Hof.

Sébastien Zappa un instructeur certifié de la Méthode Wim Hof (MWH) qui consiste à pratiquer une technique de respiration en plus de plonger dans une source d’eau glacée pour favoriser l’état méditatif. Il se rend parfois avec d’autres près des berges à Verdun pour une séance de méditation MWH.

«À travers des exercices respiratoires et d’exposition au froid, on peut préparer son mental à être plus résilient pour la gestion du stress», explique M. Zappa qui est chercheur en microbiologie à l’Université de Montréal.

Il mentionne qu’au moment d’entrer dans un bain de glace s’installe au début un emballement du rythme cardiaque, soit «une sorte de panique». Si la personne se concentre sur sa respiration, elle arrive à reprendre le contrôle sur le stress vécu.

«Passé cette phase de début de panique, on se retrouve dans un état de calme qui est assez rare à ressentir», détaille-t-il.

Le but est donc de se mettre dans une situation suffisamment stressante qui exige de mobiliser des ressources mentales pour reprendre le contrôle et se calmer. Ces acquis peuvent être ensuite transférés dans la vie quotidienne.

Bienfaits

La Méthode Wim Hof apporte une meilleure gestion du calme mentale et du stress, mentionne l’instructeur. «On n’est pas de l’ordre scientifique, mais il y a quand même beaucoup de pratiquants qui ont ressenti que ça les a beaucoup aidés à gérer le stress, l’anxiété et même la dépression», dit-il, nuançant que la dépression ne doit pas être prise à la légère et qu’il est important de se référer à un professionnel.

«Il y a aussi des données scientifiques, mais je préfère être transparent, qui ne sont pas encore très solides, qui indique que ça pourrait aider le système immunitaire à mieux se réguler, à calmer l’inflammation», ajoute-t-il.

M. Zappa est atteint de la maladie de Lyme chronique et il a eu des syndromes dépressifs. Il a tenté plusieurs remèdes, médicaux comme alternatifs, et ses résultats étaient plutôt insatisfaisants.

«Quand j’ai découvert la Méthode Wim Hof, je me rappelle de m’être dit qu’il se passait quelque chose, très vite je sentais les bénéfices, évoque-t-il. Ça ne m’a pas guéri de tout, mais ça m’a permis d’avoir moins de douleurs chroniques, d’avoir une meilleure gestion des épisodes dépressifs.»

Après son expérience positive, il a décidé d’enseigner cette technique.

«Se donner le moyen d’essayer ça ne coûte pas cher, voire rien du tout. Si on sent que ça fait du bien, il faut continuer et si on sent que ça ne fait rien, il faut passer à autre chose.»

-Sébastien Zappa

Depuis, le Montréalais de 45 ans s’exécute presque tous les jours sous une douche froide et environ une fois par semaine dans une source d’eau glacée, en milieu naturel ou dans sa baignoire. «Pour ma pratique personnelle, je préfère aller en milieu naturel. Il y a quelque chose de plus agréable à être dans le fleuve avec des arbres autour», témoigne-t-il.

Sécurité

Lorsqu’il donne des ateliers de la MWH, l’instructeur souligne toujours l’importance de s’initier au froid graduellement. Il est facile d’augmenter graduellement le temps passé sous une douche froide, par exemple. De plus, généralement il évite d’aller dans des milieux naturels avec ses élèves débutants, question de sécurité.

M. Zappa possède sa formation de premiers soins, mais il n’en a jamais eu besoin jusqu’à présent. Pour sa part, il se rend toujours dans l’eau du fleuve accompagné de gens expérimentés, qui connaissent la réaction de leur corps au froid.

Pendant deux ou trois minutes, il va dans l’eau au niveau du nombril, puis s’assoit. «Une fois que je suis assis, que j’ai de l’eau au-dessus des épaules, je commence ma séance. Je ne prends pas le risque d’aller dans des endroits où je n’ai pas pied», souligne-t-il.

La plupart du temps, son immersion au froid dure deux à trois minutes et M. Zappa n’a jamais dépassé les 15 minutes. Certains s’entraînent pour y rester beaucoup plus longtemps, mais cela est davantage de l’ordre de la performance.

Le record mondial d’immersion dans la glace a été battu en décembre par le français Romain Vandendorpe qui est resté 2h35 dans un bain rempli de glaçons.

Sébastien Zappa mentionne que l’exposition au froid est déconseillée pour certaines personnes et qu’il est préférable de vérifier auprès de son médecin si cela nous convient.

Plus d’infos: wimhofmethod.com.

Articles similaires