Monde

Trump et Poutine: première rencontre

VILNIUS, LITHUANIA - NOVEMBER 23: A mural depicts U.S. President-elect Donald Trump (R) blowing marijuana smoke into the mouth of Russian President Vladimir Putin on the wall of a bar-b-que restaurant on November 23, 2016 in Vilnius, Lithuania. Many people in the three Baltic nations of Lithuania, Latvia and Estonia are concerned that Russia, because Trump has expressed both admiration for Putin and doubt over defending NATO member states, will be emboldened to intervene militarily in the Baltics. (Photo by Sean Gallup/Getty Images) Photo: Getty Images

Alors que les présidents américain et russe, Donald Trump et Vladimir Poutine, vont se rencontrer pour la première fois vendredi à l’occasion du G20 de Hambourg, Métro s’est entretenu Ivan Katchanovski, professeur de science politique à l’Université d’Ottawa.

À quoi peut-on s’attendre?
C’est leur première rencontre, et son format relativement court implique qu’il n’y aura pas de négociations ou de discussions détaillées.

Quels sont les sujets dont ils pourraient parler?
Le Kremlin a indiqué que les conflits en Syrie et en Ukraine seront abordés. Toutefois, d’autres problèmes pourraient aussi être soulevés, comme la crise avec la Corée du Nord. Il est toutefois difficile de dire si les allégations d’ingérence russe lors des élections américaines seront évoquées.

Peuvent-ils rétablir les relations entre leurs deux pays?
Les tensions entre ces deux puissances nucléaires ont commencé avec le conflit en Ukraine et se sont intensifiées avec la guerre en Syrie. Trump et Poutine sont divisés sur la nature de ces conflits, ce qui complique leur résolution. Mais ils ont l’occasion et la capacité de commencer à les désamorcer.

Certaines indications laissent penser que M. Trump et M. Poutine pourraient arriver à un accord ou au moins réussiraient à faire des progrès à propos de la Syrie, mais leurs désaccords sur l’Ukraine est beaucoup plus difficile à surmonter. De plus, le président américain fait aussi face à de fortes pressions de l’establishment politique et des médias afin d’éviter tout accord avec la Russie.

Articles récents du même sujet