Monde

Le prince Harry va épouser l'actrice Meghan Markle

Nathan Denette / La Presse Canadienne Photo: Nathan Denette

LONDRES — Le prince Harry, fils de la princesse Diana et du prince Charles, est fiancé à l’actrice américaine Meghan Markle, et le couple se mariera au printemps prochain.

Le couple s’est fiancé plus tôt ce mois-ci à Londres, et l’archevêque de Cantorbéry, Justin Welby, a indiqué que le mariage serait célébré à l’église, à une date indéterminée pour l’instant.

Les amoureux ont brièvement rencontré la presse à l’extérieur du palais de Kensington, lundi, quelques heures après l’annonce officielle par le bureau du prince Charles, confirmant ainsi des rumeurs qui couraient depuis plusieurs mois. La jeune femme portait une bague de fiançailles conçue par le prince, et sertie de deux diamants qui ont appartenu à sa mère, la princesse Diana.

La femme de 36 ans, divorcée, est une militante humanitaire et une blogueuse qui faisait carrière dans le monde du divertissement avant de tomber sous le charme du prince Harry. Elle épousera un des membres les plus populaires de la famille royale et en deviendra un personnage bien en vue.

Le prince Harry, pour l’instant cinquième dans l’ordre de succession au trône britannique, affirme depuis des années qu’il veut fonder une famille. Il a indiqué lundi qu’il était tombé amoureux de Meghan Markle dès leur première rencontre. Interrogé sur leur volonté d’avoir des enfants, le prince, âgé de 33 ans, a répondu: «Une chose à la fois.» Son frère aîné William et la duchesse de Cambridge attendent leur troisième enfant.

Mme Markle, qui vivait à Toronto depuis 2011 pour le tournage de la télésérie «Suits» («Suits: les deux font la paire», au Québec), a admis que le coupe devait affronter beaucoup de «faussetés» dans les médias — tellement qu’elle a décidé assez vite de ne plus lire les articles qui concernaient le couple. Elle s’est quand même désolée des articles qui mettaient l’accent sur ses origines métissées — sa mère est noire, son père est blanc.

Le prince Harry a admis que «ce n’est facile pour personne» de joindre la famille royale, mais il a souligné que le couple avait la ferme intention d’affronter l’avenir en équipe.

Un «mauvais garçon» assagi

L’image de «mauvais garçon» du prince Harry a grandement été améliorée par son fort dévouement à plusieurs causes caritatives, notamment celle des anciens combattants, grâce aux Jeux Invictus.

Il s’agira d’une première union entre Hollywood et le monde plutôt conservateur de la monarchie britannique. Mme Markle a eu l’occasion de rencontrer la reine Élizabeth II et elle a été accueillie dans la famille par le prince William et sa femme Kate. Harry a informé sa grand-mère la reine de ses intentions, puisque la souveraine doit consentir au mariage.

Ce n’est pas la première fois qu’un membre de la famille royale britannique épouse une Américaine ou une femme divorcée — Mme Markle a marié le cinéaste Trevor Engelson en 2011, mais le couple s’est séparé deux ans plus tard. En 1936, Édouard VIII avait décidé de renoncer au trône plutôt qu’à l’amour de sa vie, l’Américaine Wallis Simpson, deux fois divorcée.

La reine Élizabeth et le prince Philip ont écrit dans un communiqué qu’il est «fantastique de voir à quel point (Meghan) et Harry sont heureux ensemble». Le prince Charles s’est lui aussi dit «très heureux» des fiançailles de son cadet. Harry a également reçu la bénédiction des parents de Meghan Markle.

Le nouveau couple emménagera au cottage Nottingham du palais de Kensington; il aura donc notamment comme voisins le prince William et la duchesse Kate. Mme Markle aurait aussi entrepris le transfert apparemment ardu de ses chiens du Canada vers le Royaume-Uni. Elle avait récemment quitté la série télévisée à laquelle elle participait, ce qui avait alimenté les rumeurs de fiançailles.

Mme Markle a grandi dans la région de Los Angeles. Son père Thomas est chef éclairagiste à Hollywood et sa mère Doria est psychothérapeute et professeure de yoga. Questionnée en septembre par le magazine «Vanity Fair», l’actrice disait au sujet de la frénésie médiatique qui entoure son couple avec Harry: «En réalité, c’est très simple (…) nous sommes deux personnes très heureuses et amoureuses».

Le prince Harry a récemment été salué pour sa campagne en faveur d’une discussion plus ouverte sur la maladie mentale. Il s’est exprimé très candidement concernant ce qu’il a vécu lors de la mort de sa mère, la princesse Diana, quand il n’avait que 12 ans.

—————-

LES ANCIENNES FLAMMES DU PRINCE

La troisième fois pourrait être la bonne pour le prince Harry.

Sa première petite amie sérieuse a été Chelsy Davy, avec qui il a entretenu une liaison intermittente entre 2004 et 2011. Mme Davy est pratiquement disparue de la scène publique, mais elle a dénoncé au quotidien «The Times», l’an dernier, le stress occasionné par l’attention constante des médias. Le prince et elle sont restés bons amis.

Le prince Harry a ensuite fréquenté Cressida Bonas, une actrice avec qui il a entretenu une liaison entre 2012 et 2014. Leur relation n’a toutefois pas survécu à l’intensité des médias. Mme Bonas s’était notamment plainte d’être incapable de sortir en public sans être photographiée ou critiquée. Elle a aussi déclaré, en août, qu’il était devenu «incroyablement frustrant» d’être définie par sa seule relation avec Harry.

Mme Markle est plus vieille que Harry et sa carrière d’actrice lui permettra peut-être de mieux résister à la pression médiatique. Harry a aussi prévenu qu’il était prêt à tout pour protéger sa nouvelle fiancée des intrusions médiatiques inappropriées.

Articles récents du même sujet