Monde
11:35 26 février 2020 | mise à jour le: 26 février 2020 à 11:37

Le Covid-19 se propage en Europe, premier cas au Brésil

Le Covid-19 se propage en Europe, premier cas au Brésil
Photo: Sylvain Lefevre/Getty ImagesDes chercheuses étudient le Covid-19 à l'Institut Pasteur en France

Après l’Italie, le Covid-19 se propage désormais à travers l’Europe. L’Amérique latine est aussi touchée, avec un premier cas a été détecté mercredi au Brésil, aiguisant les inquiétudes dans le monde entier.

Le malade brésilien, un sexagénaire de Sao Paulo, la plus grande mégapole d’Amérique latine avec 12 millions d’habitants, avait séjourné en Italie. Il été placé à l’isolement à domicile et «va bien».

Aux États-Unis, jusqu’ici relativement épargnés, le président Donald Trump a prévu de s’exprimer sur le «Caronavirus» (sic) à 23h GMT, mais il a déjà accusé ses opposants démocrates et certains médias de noircir le tableau et d’affoler les marchés, alors que les autorités sanitaires américaines ont pourtant dit s’attendre à une propagation aux États-Unis.

Diffusion rapide du Covid-19

Le coronavirus est apparu depuis mardi dans plusieurs nouveaux pays européens: Autriche, Suisse, Croatie et Grèce, ainsi qu’en Algérie. La France a annoncé mercredi son premier mort français.

Le Covid-19 concerne désormais, Chine mise à part, une quarantaine de nations où elle a fait une cinquantaine de morts et près de 2800 contaminations. Mais l’épidémie semble avoir atteint un pic en Chine: les autorités ont annoncé mercredi 52 nouveaux décès en 24 heures, le chiffre le plus bas depuis plus de trois semaines.

Au total, le virus a contaminé quelque 78 000 personnes en Chine, dont plus de 2178 en sont mortes.

En Autriche, deux premiers cas ont été détectés mardi dans un hôtel d’Innsbruck, au coeur des Alpes: un couple d’Italiens venus des environs de Milan, région la plus touchée d’Italie.

En Croatie, c’est un jeune homme ayant séjourné à Milan qui est devenu le premier cas dans les Balkans. Son frère est devenu mercredi le deuxième cas confirmé. En Suisse, le premier cas concerne aussi un homme revenu de la région de Milan, tandis qu’en Grèce, une femme de 38 ans ayant voyagé en Italie du Nord a été contaminée.

En Afrique, un Italien arrivé le 17 février en Algérie est devenu la deuxième personne infectée du continent après un premier cas en Egypte.

L’Italie, le pays européen le plus touché avec plus de 370 cas et 12 morts, apparaît donc comme une plateforme de diffusion du Covid-19. Plusieurs capitales ont déconseillé de s’y rendre et encadrent le retour des personnes y ayant séjourné, bien que ses voisins se soient engagés à garder leurs frontières ouvertes.

Fortes inquiétudes

«Le problème c’est l’économie. On voit les chiffres, cette crise est en train de mettre le pays à genoux», s’inquiète Daniele Vaccari, un jeune pâtissier de Secugnago, un petit village du nord de l’Italie.

La France, où le dernier cas concerne «un Français qui rentre d’un séjour en Lombardie», «invite» ses ressortissants à éviter les régions d’Italie à risque.

La Russie a aussi déconseillé à ses citoyens de se rendre dans toute l’Italie, ainsi qu’en Iran et en Corée du Sud, et Londres s’est prononcé contre tout voyage non essentiel dans les zones italiennes à risque, alors qu’environ 3 millions de Britanniques visitent la péninsule chaque année.

Autre effet collatéral, le match du Tournoi des six nations entre l’Irlande et l’Italie, prévu le 7 mars à Dublin, a été reporté sine die en raison de l’épidémie.

«Nous ne devons pas tomber dans la panique», a toutefois exhorté mercredi à Rome la commissaire européenne à la Santé Stella Kyriakides, tout en appelant les pays européens à «se préparer à une augmentation des cas et à bien se coordonner».

Evénements culturels ou sportifs annulés, économie en berne et dégringolade des marchés financiers: au niveau planétaire, l’épidémie et ses conséquences inquiètent l’OMS. Le monde n’est “tout simplement pas prêt” à y faire face, a averti mardi Bruce Aylward, l’expert qui dirige la mission conjointe OMS/Chine.

En Corée du Sud, le nombre de contaminations a encore bondi pour dépasser le millier de cas. Le pays, qui dénombre 12 morts, est le premier foyer mondial de contamination après la Chine. Le bilan s’élève à 1.261 personnes touchées, après l’annonce de 284 nouveaux cas dont un soldat américain.

En Iran, le bilan est monté à 19 morts et 139 cas, le plus lourd en dehors de la Chine. Signe de tension, 24 personnes accusées d’avoir répandu en ligne des «rumeurs alarmistes» sur la propagation du coronavirus ont été arrêtées.

L’ONG Reporters sans Frontières a reproché à l’Iran «de refuser de publier le nombre exact des personnes infectées et décédées, et d’empêcher les journalistes de faire leur travail».

Dans un contexte de vives tensions entre Washington et Téhéran, le président Hassan Rohani a accusé mercredi les États-Unis d’«ajouter un virus, appelé la peur extrême (…), au coronavirus».

Articles similaires