Carla Beauvais

Le Petit négro

Le Petit négro

Je m’étais promis d’éviter de parler de racisme. Disserter de trop du racisme, c’est l’entretenir disait Donnadieu.

J’avais fini par m’en convaincre. C’est qu’en 2019, on a beau vouloir créer un dialogue et tenter de faire comprendre certaines réalités, c’est peine perdue. Les débats entourant l’identité sont de plus en plus polarisés et violents. Toute cette haine qu’on accepte afin de défendre des idéaux plus égalitaires pour tous, je ne me sentais plus la force de la recevoir. Comme on dit, mieux vaut paix que victoire.

C’était avant de lire un communiqué de presse du CRARR racontant l’histoire d’une mère haïtienne dénonçant l’Association des Scouts du Canada – District de Montréal métropolitain d’avoir distribué aux jeunes filles un cahier de chants, Le Cigalou, rempli de stéréotypes racistes à l’endroit des Noirs. Les Arabes et les Autochtones en prennent un bon coup au passage également. Mais revenons à cette mère.

Elle tombe sur la promesse de Scouts Canada:  «Bienvenue chez les scouts, l’endroit idéal afin de laisser les enfants être des enfants. Ici, des souvenirs mémorables sont créés et des amitiés sont tissées…»  Elle décide d’y inscrire sa fille de 15 ans pour qu’elle vive cette aventure prometteuse. Sans tomber dans les clichés, cette mère haïtienne a toute mon admiration, les Haïtiens on n’est vraiment pas du genre camping, expéditions, aventuriers. L’antonyme de téméraire dans le dictionnaire, c’est nous!

Bref, lors d’une activité, une animatrice demande aux jeunes d’entonner une chanson intitulée «Le Petit négro». Ils sont une trentaine de jeunes et deux seulement sont d’ascendance africaine. Vous pouvez imaginer le malaise? Huuuum , peut-être pas! Entre «Travailler comme un nègre» et  «Nos plans de nègres», c’est tellement dans notre quotidien. Lisons deux extraits du cahier (avec l’accent bien évidemment):

«Quand moi faim, pas malade, moi manger bananes!
Zim boumba, zim boumba
Quand moi sale, tout crotté, moi prendre eau de javel
Zim boumba, zim boumba»

«J’ai ramené du fond du Zimbabwe
J’ai ramendé un p’tit copain bronzé
Pour remplacer mon chum qu’ils ont mangé
Y m’ont posé un anneau dans les nez
J’ai mangé du crocodile salé
Du serpent, du tigre, d’la mouche tsé-tsé»

La jeune fille choquée demande qu’on arrête.  Elle a pour réponse des éclats de rire et une reprise d’une chanson du rappeur Sheck Wess qui contient à profusion le mot «N», sans jamais que l’animatrice n’intervienne. Bravo!

La mère, après plusieurs plaintes, a finalement retiré sa fille des scouts. On lui a promis sans suite que Le Cigalou allait être revu, tout en lui faisant remarquer que ce cahier datait de 10 ans et que rendu là, si on s’offusquait pour une chanson ou une autre, on ne pourra plus rien chanter.

Sérieux, qui en 2019 pense que c’est normal et inoffensif des propos de la sorte? Une chose est certaine le meilleur moyen de continuer à nourrir les préjugés et stéréotypes racistes, c’est de les inculquer à nos enfants dès leur plus jeune âge.

Faut en revenir de la savane et du bamboula! L’Association des Scouts du Canada – District de Montréal métropolitain doit impérativement retirer ces chants. Qu’ils n’essaient pas de la jouer à l’envers avec l’excuse qu’on ne peut plus rien chanter. On ne peut plus être aussi ignorant, c’est ça le vrai sujet de débat. On vaut mieux que ça collectivement.