Le Sportnographe

Le rêve Tavares

Le rêve Tavares
Photo: Graham Hughes/La Presse canadienneNew York Islanders captain John Tavares (91) moves in on Montreal Canadiens goaltender Antti Niemi during third period NHL hockey action in Montreal, Wednesday, February 28, 2018. THE CANADIAN PRESS/Graham Hughes

Le sport existe pour nous faire rêver. En ce sens, les experts sportifs sont des vendeurs de rêve. Depuis déjà un mois, ils nous préparaient à la folle journée des échanges dans la «Ligne» nationale en nous faisant miroiter un butin magnifique. Des choix de troisième ou de deuxième ronde, voire même des choix de première ronde ou des gars qui sont bons dans les mineures. De quoi rêver.

Évidemment, l’idée est de mousser l’intérêt pour des émissions spéciales de la journée des échanges en nous donnant l’impression qu’il se passera quelque chose pour attirer les téléspectateurs, et donc, les annonceurs. En ce sens, les experts sportifs sont des vendeurs de publicités.

Or, comme plus ou moins chaque année, les experts ont passé 13 heures à analyser 10 minutes de réel contenu et à spéculer sur ce que Canadien pourrait obtenir en retour de Max Pacioretty. Le rêve est devenu un cauchemar quand nous avons compris que l’acquisition la plus excitante de Marc Bergevin était un certain Mike Reilly, un gars que même en le googlant, t’es pas sûr de tomber sur lui.

Mais ce n’est pas grave puisque dès le lendemain, on recommençait à rêver. Ainsi va le cycle de la nouvelle sportive. Un perpétuel recommencement. Parce que c’est maintenant de John Tavares qu’on rêve. Il est du moins le sujet de discussion dans toutes les chaumières des analystes d’envergure, même si la vaste majorité d’entre eux s’entendent pour dire que les chances de le voir signer un contrat à Montréal sont aussi étendues que le vocabulaire de Claude Julien.

C’est qu’on ne peut pas se rabattre sur Michael McCarron pour rêver. Il nous faut aller voir ailleurs. Il nous faut rêver à des joueurs étoiles. Comme le disait Paul Éluard, sans doute un fan de Canadien: « Un rêve sans étoiles est un rêve oublié.» Clairement, il faisait référence à John Tavares. Et c’est pourquoi nous avons très hâte à la programmation spéciale du 1er juillet!

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires