Carrières

Cinq qualités professionnelles à cultiver

Cinq qualités professionnelles à cultiver
Photo: Getty Images/iStockphoto

De nos jours, évoluer dans le monde du travail demande une certaine souplesse face aux changements constants. Il faut donc savoir braver l’incertitude et en tirer profit.

Selon Nathalie Lord, conseillère en réadaptation et transition professionnelle, cela peut nécessiter de devenir plus polyvalent ou, inversement, de viser la spécialisation d’un domaine. Voici cinq qualités à cultiver pour accroître ce que l’on nomme l’agilité professionnelle.

La curiosité

Savoir sortir de sa zone de confort est indispensable. Pour cela, il faut être curieux et développer ses intérêts. «Souvent, les candidats connaissent bien leur milieu, mais très peu les autres secteurs d’activité, dit Nathalie Lord. Ils ont donc de la difficulté à arrimer leur cadre de référence avec celui des autres organisations.

Le réseau

Sur le plan interpersonnel, le réseau a une incidence importante. «Il faut avoir une ouverture à l’agrandir et un désir de cultiver des relations avec des personnes d’autres milieux», avance la conseillère.

La capacité à apprendre

Dans un environnement dynamique, il est essentiel de renforcer ses compétences pour améliorer sa capacité d’adaptation. «Cela dépend de l’écart entre la fonction occupée et celle convoitée, précise Nathalie Lord. Dans certains cas, une formation peut être nécessaire, mais dans d’autres cas, c’est un transfert de compétences.»

La maîtrise de plusieurs langues

Pour garder toutes ses options ouvertes, il peut être intéressant de développer ses compétences langagières, même si localement, l’anglais et le français sont souvent suffisants. Mais en contexte international, ou lorsque la fonction exige d’entrer en relation avec l’extérieur, cela peut être utile d’ajouter une troisième langue… à son arc!

Prendre son temps

Les transitions professionnelles ne se font pas sur un coup de tête. Nathalie Lord conseille de prendre le temps d’obtenir les informations appropriées et de chercher l’accompagnement nécessaire pour y parvenir. «Il y a d’autres enjeux aussi; si vous êtes expert dans votre domaine et choisissez d’aller ailleurs, vous devenez le petit junior», conclut-elle.