Société

Harcelées pour avoir voulu vendre des vêtements sur Marketplace

Eloïse a été inondée de messages intrusifs ou à caractère sexuel après avoir essayé de vendre des vêtements sur Facebook Marketplace. Photo: Josie Desmarais/Métro

Alors qu’elles vendaient leurs vêtements usagés sur Facebook Market, des femmes ont reçu des messages obscènes et intrusifs de la part d’hommes. Elles dénoncent le harcèlement auquel sont souvent confrontées celles qui veulent faire des affaires en ligne.

Eloïse, 28 ans, souhaitait utiliser la plateforme de vente de Facebook pour se faire un peu d’argent. 

Dimanche dernier, elle y a annoncé plusieurs vêtements, comme des chandails, des robes, des chaussures et des pantalons. 

Sur certaines photos, on la voyait porter l’item. «Je demande à mon chum de me prendre en photo dans les vêtements parce que souvent, sur Instagram et sur les sites de revente, quand tu es dans le linge, c’est plus vendeur que d’accrocher ça sur un cintre», explique-t-elle. 

Bombardée de commentaires intrusifs

Jamais Eloïse ne s’est doutée qu’elle serait bombardée de commentaires intrusifs sur son corps et ses seins. «T’es tellement fière de ta belle poitrine», a-t-elle notamment reçu.

En une soirée seulement, la femme dit avoir été contactée par une vingtaine d’hommes différents. Certains en ont aussi profité pour lui faire des avances ou l’inviter à aller prendre un verre.

«Mon téléphone n’arrêtait pas de sonner, se souvient-elle. Quand j’ai ouvert les messages, je me suis sentie tellement mise sur la place publique, c’est comme si mon espace privé avait été complètement violé. Je me suis sentie tellement tout croche que mon corps soit vu de même.» 

Même si Eloïse a changé les photos de couverture de ses annonces pour des images de vêtements seulement, le phénomène a continué à prendre de l’ampleur au fil de la soirée. «C’est juste vraiment dégradant, je n’avais jamais vécu ça avant», raconte-t-elle. 

La jeune femme a finalement décidé de tout supprimer tellement elle n’arrivait plus à contrôler sa boîte de messages privés et avait peur de ce qu’elle pourrait recevoir. 

«Le fait que Marketplace soit lié à Facebook, c’est pratique, mais c’est à double tranchant parce qu’ils ont accès à mes photos de profils et à des informations sur moi», ajoute-t-elle. 

Un cas parmi tant d’autres

Il est clair que ce qu’a vécu Eloïse n’est pas un cas isolé. Au moins sept autres femmes ont contacté Métro pour parler de leurs expériences similaires sur Facebook Market. 

C’est le cas de Daphnée, 24 ans, qui indique recevoir des messages déplacés chaque fois qu’elle tente de vendre «des morceaux de vêtements plus délicats, comme des camisoles, des brassières ou des maillots de bain».

Elle affirme avoir notamment reçu des commentaires comme : «Je peux-tu en voir plus?» ou «Je te l’achète si je t’amène en date». 

Si Daphnée continue de vendre des articles en ligne malgré ces messages, elle confie se sentir humiliée. «Je me demande toujours si la photo que j’ai mise était correcte ou est-ce que c’est correct de vendre des brassières ou des maillots sur Marketplace?», précise-t-elle. 

De plus, celle qui travaille dans le domaine du marketing ajoute que ce genre de situation la rend méfiante à l’égard des réels acheteurs. «Ça ne me tente plus de répondre à des hommes quand c’est pour des chandails, dit-elle. Mais peut-être que cet homme-là veut faire un bon geste et offrir ça en cadeau à quelqu’un en respectant l’environnement, par exemple, ou parce qu’il n’a pas le budget nécessaire pour aller en magasin.»

Daphnée fait le choix de bloquer un par un les internautes qui lui envoient des messages déplacés sur la plateforme. «Je ne pense pas que c’est ça qui va m’empêcher de vendre des vêtements un jour», soutient-elle. 

Pour la fondatrice et propriétaire de l’entreprise québécoise Lingerie Emma, Emma Dunn, il est essentiel que les plateformes de Lingerie Emma demeurent un «safe space».

«Nous portons également une attention toute particulière à la gestion des commentaires au quotidien, ainsi qu’à une animation soutenue de nos plateformes et une tolérance zéro par rapport aux commentaires déplacés, ce qui nous permet généralement d’éviter tout dérapage», affirme-t-elle.

Articles récents du même sujet