Sports

L'IAAF retarde l'application d'un règlement

Rédaction - The Associated Press

MONACO — L’organisation qui chapeaute l’athlétisme sur la planète retardera l’entrée en vigueur d’un règlement destiné à établir le niveau naturel maximal de testostérone présent dans le corps des coureuses jusqu’à la conclusion d’un processus judiciaire devant le Tribunal arbitral du Sport, lequel implique notamment la championne olympique Caster Semenya.

L’IAAF a mentionné que la date initiale du 1er novembre avait été repoussée jusqu’à ce que le TAS rende sa décision «avant ou vers» le 26 mars 2019.

L’objectif est de l’adopter six mois et deux jours avant le début des Championnats du monde d’athlétisme à Doha, au Qatar, en 2019. Semenya est la championne du monde sur 800 m.

Si les règlements de l’IAAF relatifs aux athlètes qui présentent des différences de développement sexuel (DSD) sont maintenus en cour, les coureuses devront alors prendre des médicaments afin de réduire leur niveau de testostérone pendant six mois avant de prendre part à une compétition internationale.

L’IAAF s’attend à une audience en appel de Semenya en février.

Articles récents du même sujet