L'accumulation des fortunes?

Le magazine Forbes rapportait en 2009 que le nombre de milliardaires dans le monde était de 793, dont 19 Québécois, pour une fortune totale de 2 400 milliards. Nous pouvons questionner un capitalisme permettant à un si petit nombre de personnes d’accumuler de telles fortunes, alors que tant de gens possèdent si peu. En admettant que toutes les règles du jeu ont été suivies honnêtement, il apparaît que ce système favorise l’injustice sociale.

De même, le fait que des personnes possèdent autant amène les subalternes à se comparer et à exiger des revenus bien au-delà de ce qui est nécessaire pour répondre raisonnablement aux besoins de la vie. C’est dans ce contexte qu’on doit examiner les réclamations de millions de dollars de revenus et de bonis par les dirigeants de banques et d’entreprises.

En plus de créer un effet ascenseur sur les salaires des hauts dirigeants, ces fortunes créent des sentiments d’insatisfaction et d’injustice chez les petits salariés. Quand certains dirigeants gagnent jusqu’à 500 fois le salaire de leurs employés, ils drainent une partie significative des capitaux de leur entreprise. Doit-on se surprendre alors du surcroît de violence qui sévit un peu partout?

En conséquence, notre société, lancée dans un tourbillon capitaliste sans précédent et menée par ces leaders richissimes, en est venue à faire passer l’argent au premier rang des valeurs. L’effet combiné de l’idolâtrie de ces personnages, d’une publicité omniprésente faisant croire au bonheur par la consommation et d’une mondialisation qui fait chuter les prix des produits nous a poussés dans une orgie de surconsommation, voire d’hyperconsommation.

Il en résulte plusieurs effets pervers importants, soit une diminution du sens moral et de l’éthique, une perte de sens de la vie, une spirale de l’endettement, une détérioration rapide de l’environnement, des conditions de travail dans les pays sous-développés s’apparentant souvent à l’esclavage, etc. Est-ce vraiment la société que nous voulons?

Par contre, les récentes initiatives de certains gouvernements pour limiter les rémunérations des dirigeants d’entreprises et lutter contre les paradis fiscaux sont de bonnes nouvelles qui vont dans le sens d’une société que nous voulons.

Pascal Grenier, groupe de simplicité volontaire de Québec

Articles récents du même sujet