Le projet de ligne rose de métro, promis par Projet Montréal, coûterait 6G$ et comprendrait 29 stations entre Montréal-Nord, le centre-ville et Lachine, a indiqué mardi la candidate à la mairie de Montréal, Valérie Plante.

Ce prolongement serait réalisé en trois phases jusqu’en 2028, a expliqué Mme Plante. Dans un premier mandat, Projet Montréal envisage de convaincre les différents ordres de gouvernement de réaliser ce prolongement de métro et de boucler le financement. La deuxième phase permettrait en 2025 de relier Montréal-Nord au centre-ville en trois fois moins de temps qu’actuellement grâce à un trajet en diagonale. Dans la troisième phase, qui s’échelonnerait jusqu’en 2028, le métro rejoindrait Lachine, en passant en surface sur les rails inutilisés du Canadien Pacifique.

Même si le train électrique de la Caisse de dépôt (6G$), le prolongement de la ligne bleue (2,9G$) et le système rapide par bus sur le boulevard Pie-IX (1,4G$) totalisent à eux seuls plus de 10 milliards $ d’investissements et sont attendus pour certains depuis plus de 10 ans, la cheffe de Projet Montréal est confiante de convaincre Québec et Ottawa. «Il faut arrêter d’être en mode rattrapage. Le réseau actuel ne peut pas supporter plus d’autos sans qu’on trouve des solutions durables en terme de mobilité», a déclaré Valérie Plante qui mentionne que les automobiliste montréalais perdent chaque année 26 millions d’heures dans les bouchons.

«En étant connecté aux principales lignes d’autobus, de même qu’aux lignes orange et verte, la ligne rose permettrait de décharger un réseau de transport collectif déjà surchargé, tout en désenclavant plusieurs quartiers tels que Montréal-Nord, Saint-Léonard, le Vieux-Rosemont, Notre-Dame-de-Grâce et Lachine», a résumé Craig Sauvé, l’élu responsable des transports à Projet Montréal.

Au lieu de suivre l’axe des rues, la ligne rose passerait en diagonale, permettant ainsi de gagner du temps, ce qui implique de passer sous les habitations. Mais est-ce faisable techniquement? «La méthode du grand tunnelier, inspirée du tunnel sous la Manche, vient d’être complétée avec succès à Barcelone», a illustré l’élu de Projet Montréal Sylvain Ouellet. Cela consiste à creuser, dans le roc, un tunnel à deux niveaux, où le quai est intégré au tunnel et relié à la surface via des ascenseurs. «Comme il n’y a pas de station à construire, les coûts sont moindres», a affirmé M. Ouellet. (voir la vidéo ici).

La dernière partie de la ligne vers Lachine serait construite en surface, ce qui implique d’utiliser des voitures de métro qui roulent sur des roues de fer et non pas sur des pneus comme actuellement. «Ce choix de matériel roulant est plus répandu donc il devrait être moins coûteux», souligne M. Ouellet.

Les deux autres partis engagés dans la course à la mairie pensent que Projet Montréal fait fausse route. «C’est beau de proposer des choses mais la réalité est autre. Nous, on va s’assurer que la ligne bleue [vers Anjou] se fasse et elle va se faire», avait répondu le maire Denis Coderre, quand Projet Montréal avait pour la première fois dévoilé son projet de ligne rose qui à l’époque n’allait pas jusqu’à Lachine.

De son côté Jean Fortier (Coalition Montréal) propose un prolongement de la ligne bleue de la station Côte-des-Neiges vers le centre-ville en passant par le lac aux Castors. Il affirme que le projet de ligne rose en diagonale est «pharaonique» et risqué techniquement.

Du côté de Trajectoire Québec, l’organisme qui défend les usagers du transport collectif, François Pépin souligne que «toute nouvelle proposition est bienvenue». Il ajoute toutefois qu’il est dur d’avoir une image du casse-tête qu’en n’en regardant que les pièces centrales. «Ce sera à la nouvelle Autorité régionale de transport métropolitain de trancher», selon lui.

Pour sa part, Trajectoire Québec priorise le prolongement de la ligne bleue vers Anjou qui est déjà bien avancé, ainsi que le prolongement de la ligne orange vers Bois-Francs afin de la relier au futur réseau de train électrique de la Caisse de dépôt.

Projet de ligne rose de Projet Montréal

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!