Actualités
13:53 29 avril 2019 | mise à jour le: 29 avril 2019 à 15:39 temps de lecture: 4 minutes

Inondations: plus d’une centaine d’évacuations sur l’île de Montréal

Inondations: plus d’une centaine d’évacuations sur l’île de Montréal
Photo: François Lemieux/Cités NouvellesLes inondations ont coûté 17 M$ à la Ville de Montréal l'an dernier.

Le bilan des inondations continue de s’alourdir à Montréal alors que plus d’une centaine de résidences ont été évacuées sur l’île jusqu’à maintenant.

En date de lundi, 107 résidences de l’agglomération de Montréal ont été évacuées, soit 96 situées sur L’Île-Bizard et 11 autres qui sont localisées dans l’arrondissement de Pierrefonds-Roxboro. Le nombre de maisons évacuées dans l’agglomération a ainsi doublé en l’espace d’une journée, alors qu’un bilan provincial diffusé dimanche faisait état d’une cinquantaine de Montréalais ayant quitté leur demeure.

« Ce sont toutes des évacuations qui sont volontaires », a précisé à Métro le chef aux opérations du Service de sécurité incendie de Montréal (SIM), Martin Guilbault, qui note que de nombreuses résidences des secteurs affectés sont entourées d’eau, ce qui les rend inaccessibles en voiture.

« Ce sont parfois des personnes épuisées qui ne sont plus capables de tenir le fort », a illustré M. Guilbault, qui note que les circonstances de ces évacuations relèvent du « cas par cas ».

Même si aucun ordre d’évacuation obligatoire n’a été émis, « il y a certains secteurs où on insiste [pour que les résidents évacuent] », a reconnu Martin Guilbault, qui soulève que des inspections réalisées par des « agents de prévention » et des électriciens ont permis de constater que certaines maisons « ne sont plus sécuritaires ».

«Les gens finissent par comprendre que la nature est forte.» -Martin Guilbault

Les personnes évacuées ne trouvant pas refuge auprès de leurs proches peuvent se rendre dans les différents centres d’hébergement d’urgence de l’agglomération de Montréal.

Rehausser les digues
Samedi, une brèche dans une digue dans l’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville a été « rapidement maîtrisée », a indiqué M. Guilbault.

« Un citoyen a avisé et après, on a envoyé des pompiers et des militaires pour aller réparer ça », a-t-il raconté, notant que les digues mises en place font l’objet d’une surveillance serrée au quotidien. Outre cet incident, aucune digue n’a cédé actuellement et le travail se poursuit sur le terrain pour rehausser les différents murs de sacs de sable qui ont été érigés sur l’île depuis la mi-avril.

« Présentement, on a encore une marge par rapport à nos digues. L’eau n’est pas au niveau du dernier sac de sable. Pour le moment, c’est sérieux, mais on est en contrôle de la situation », a-t-il ajouté, tout en reconnaissant que ces structures ne pourront être élevées « à l’infini ».

Le chef aux opérations du SIM a par ailleurs déploré la présence dans les derniers jours de « touristes d’inondations » qui « encombrent les rues » dans les secteurs les plus à risque sur l’île.

« Il y a des gens qui viennent voir où sont les digues, qu’elle est la hauteur. Et ça, ça nuit aux déplacements des camions de sable, des camions de pompiers et des voitures de police, a-t-il dit. On demande aux gens d’arrêter de circuler dans les secteurs à risque pour laisser chemin aux services publics. »

Les déplacements sont par ailleurs compliqués par la fermeture de certaines rues qui traversent des arrondissements situés le long de la rivière des Prairies. Le boulevard Pierrefonds est notamment fermé entre les boulevards Saint-Jean et Jacques-Bizard.

État d’urgence
Jeudi, les élus du conseil municipal devront décider s’ils prolongent de nouveau l’état d’urgence en cours à Montréal, renouvelé pour cinq jours dimanche. Alors que des précipitations sont prévues mardi et mercredi, cette décision prise par la Ville donne notamment au coordonnateur de la sécurité civile, Bruno Lachance, le pouvoir de déployer plus d’employés et de ressources matérielles pour faire face aux inondations sans avoir à obtenir au préalable l’approbation du conseil municipal.

M. Lachance pourra ainsi « prendre une décision rapide » si une digue vient à céder dans les prochains jours, a expliqué M. Guilbault. Dans l’ensemble de la province, un bilan provincial mis à jour lundi après-midi fait état de 6422 résidences inondées et plus de 9500 citoyens évacués, dont près de 7000 dans la région des Laurentides, durement touchée par la crue printanière.

 

Articles similaires