Actualités

Un plan de 78 G$ «pour en finir avec la COVID-19 et rebâtir le pays»

Le premier ministre Justin Trudeau en chemise et cravate, se promenant dans un parc l'été peu avant les élections fédérales 2021.
Le premier ministre Justin Trudeau. Photo: Blair Gable/Collaboration spéciale

Justin Trudeau se donne deux missions de taille dans sa plateforme: éliminer la pandémie et créer un «meilleur Canada». Il se donne le mandat de renforcer le système de santé, d’accélérer la lutte aux changements climatiques et au racisme systémique et de rendre la fiscalité plus équitable. Il planifie par ailleurs dans son programme des revenus de 25 G$, un montant trois fois moins élevé que les dépenses, estimées à 78 G$.

Le chef libéral justifie un tel écart comptable dans la plateforme libérale s’établissant jusqu’en 2026 par le fait qu’elle mise sur l’avenir et sur les Canadiens. Le Canada peut se le permettre, soutient le premier ministre sortant.

«Nous sommes entrés dans la pandémie avec l’une des meilleures position fiscale et nous sommes bien passés au travers grâce à nos investissements. Le rapport entre la dette et le PIB diminue plus rapidement que ce que l’on avait prévu quelques mois auparavant avec le budget fédéral.»

Justin Trudeau, chef du Parti libéral

Des mesures comme la création de presque 300 000 places en services de garderies, d’un million d’emplois, de 1,4 million de logements ou la recherche d’un système fiscal équitable devraient toutes créer des retours sur investissement, selon les libéraux.

La plus grande quête de nouveaux revenus sera réalisée dans la lutte à l’évasion fiscale. La réduction du manque à
gagner fiscal devrait rapporter plus d’un milliard dès l’exercice financier 2022-2023 et augmenterait d’un milliard chaque année pour atteindre plus de 4,6 G$ en 2025-2026.

«C’est une plateforme ambitieuse et concrète. Nous, on donne les chiffres, contrairement aux autres partis.»

Justin Trudeau, chef du Parti libéral

Un plan massif de 30 G$ déjà annoncé au budget fédéral précédant vise à mettre en place des services de garde d’enfants à 10 $ par jour partout au pays. Au Québec, 37 000 places devraient être créées, ainsi que 250 000 ailleurs au pays. «L’accès à des services d’apprentissage et de garde des jeunes enfants n’est pas qu’un enjeu social, mais aussi un enjeu économique. Cela permettra aux femmes d’intégrer le marché du travail», souligne le chef libéral.

Une plateforme pour en finir avec la COVID

Pour mener à terme la campagne de vaccination et terminer la lutte contre la COVID-19, le Parti libéral réaffirme son intention de rendre la vaccination obligatoire pour les voyageurs à bord des trains, des avions, des bateaux de croisière et autres navires.

Le Parti libéral propose un «Fonds pour les certificats de vaccination contre la COVID-19» qui viendrait en aide aux provinces qui mettent en place ces certificats. Il y a quelques jours, M. Trudeau annonçait qu’un tel fonds pourrait atteindre 1 G$.

Justin Trudeau se permet au passage une pique à l’attention de son rival conservateur. Le chef libéral se présente comme quelqu’un qui «avance» alors que les conservateurs «reculent».

«Soit nous allons de l’avant avec notre plan concret pour en finir avec la COVID-19 et bâtir un Canada meilleur pour tous, soit nous laissons les conservateurs d’Erin O’Toole nous ramener en arrière avec des coupes dans les services sur lesquels les Canadiens comptent.»

Justin Trudeau, chef du Parti libéral

Un toit pour tous

Le thème du logement détient une place conséquente dans la plateforme libérale. Les libéraux appliqueront des mesures visant à accroître l’offre immobilière au pays tout en mettant en place des incitatifs vers l’accession à la propriété.

Un milliard de dollars sera injecté en prêts et subventions via un nouveau programme de location avec option d’achat qui permettra aux locataires de se mettre plus facilement sur la voie de l’accession à la propriété pendant qu’ils paient un loyer.

Du côté de la construction et la rénovation de logement, Justin Trudeau vise la cible de 1,4 million de logements d’ici 2026.

«Notre plan permettra de bâtir ou de rénover 250 000 logements de plus sur 4 ans. En combinant les 285 000 logements qui sont maintenant construits chaque année, cela signifie qu’avec un gouvernement libéral réélu, près de 1,4 million de logements seront bâtis, préservés ou rénovés d’ici 2025-2026.»

Plateforme électorale libérale

Les municipalités seront épaulées par le fédéral via un fonds pour accélérer la construction de logements de quatre milliards de dollar. «Ce financement permettra d’augmenter l’offre annuelle de logements dans les plus grandes villes du pays, dans le but de proposer 100 000 nouvelles habitations destinées à la classe moyenne d’ici 2024-2025.»

Durcissement des lois sur les armes à feu

Déjà en 2020, le gouvernement libéral a interdit l’utilisation, la vente ou l’importation d’armes d’assaut. Justin Trudeau veut aller plus loin et éliminer ces armes du paysage canadien. Il entend rendre obligatoire la revente de ces armes à feu au gouvernement ou le processus visant à les rendre inutilisables.

L’association Polysesouvient accueille avec espoir une telle promesse, mais rappelle que «cela demeure des promesses, tout comme celles de 2015 et de 2019 qui n’ont pas été respectées».

«La promesse d’une interdiction totale des armes d’assaut est très positive, en plus d’être très précise, spécifiant que ces armes seront ou bien rachetées ou bien rendues complètement inopérantes. En somme, en ce qui concerne les armes et accessoires de type militaire, les Libéraux proposent d’excellentes mesures qui sont attendues depuis très longtemps.»

Nathalie Provost, survivante du massacre à Polytechnique et porte-parole de PolySeSouvient

Articles récents du même sujet