Actualités

«Montréal va bien», assure Plante

La cheffe de Projet Montréal, Valérie Plante, a présenté une équipe de candidates au Parc Martin Luther King. Photo: Josie Desmarais/Métro

Avant le lancement officiel de la campagne municipale vendredi, Valérie Plante clôture sa pré-campagne à Lachine. La mairesse termine sa «promenade» dans les arrondissements par une journée dans l’ouest de l’Ile.

Je me promène dans les parcs et ce que j’entends, c’est que Montréal va bien, que Montréal va mieux. Je pense qu’après une pandémie qui a été difficile pour tout le monde, ça fait du bien t’entendre ça. Ça fait du bien de voir des sourires sur les visages.

Valérie Plante, mairesse de Montréal.

«La ligne rose, j’y crois»

Lors du point de presse, la mairesse de Montréal a réitéré sa conviction en une promesse phare de sa campagne de 2017 : la ligne rose. Si le projet prend «plus longtemps que prévu», la mairesse se félicite que la ligne rose soit «dans les livres comptables» du Plan Québecois d’Infrastructures.

«La ligne rose, j’y crois. On a lancé des études de faisabilité de la ligne rose au centre-ville jusqu’à Lachine et tous les experts s’entendent. C’est pas mal impressionnant que ce projet-là […]. On est train d’y travailler», affirme Mme Plante.

On est sur une lancée et on a pas envie qu’elle s’arrête en chemin. Qui a envie d’arrêter en chemin? C’est Denis Coderre. Denis Coderre, lui, il veut soit le statu quo, soit revenir en arrière.

Valérie Plante, mairesse de Montréal.

Au chapitre de la mobilité, la mairesse a également décoché quelques flèches au chef d’Ensemble Montréal et à sa proposition de rajouter stationnements sur à l’est de la rue Bellechasse, amputant le REV d’une voie : «Denis Coderre, lui, n’a a pas de problème à détruire des aménagements qui sont sécuritaires et qui sauvent des vies pour des stationnements», a-t-elle affirmé.

De plus, si la montée de la violence armée est préoccupante, cette situation demande la collaboration de tous les paliers de gouvernement. La mairesse avait lancé en début de semaine dernière, un appel au fédéral, car «aussi longtemps que c’est seulement les municipalités et les forces policières qui font la chasse, ce problème-là, on y arrivera pas».

La mairesse de Montréal a déclaré que son parti «est prêt» avec «cet heureux mélange de candidats, d’élus d’expériences et avec toute une relève». La campagne municipale débutera demain, les Montréalais devront faire leur choix dans les urnes, le 7 novembre prochain.

Articles récents du même sujet