Actualités

L’Hôpital du Lakeshore ferme temporairement deux salles d’opération

Hôpital du Lakeshore
Photo: TC Media / Archives

En raison de l’augmentation du nombre de cas de COVID-19 aux soins intensifs, le Centre intégré universitaire de santé et services sociaux (CIUSSS) de l’Ouest-de-l’Île confirme la fermeture temporaire, samedi, de deux salles d’opération sur quatre à l’Hôpital général du Lakeshore, à Pointe-Claire.

Cette fermeture doit permettre de réaffecter du personnel aux soins intensifs, où des lits additionnels ont été aménagés pour des patients atteints de la COVID-19.

«À l’instar des autres centres hospitaliers du Québec, la situation évolue rapidement en fonction du taux d’occupation.  Les activités du bloc opératoire se poursuivent, mais pas à pleine capacité. Nous maintenons la réalisation des chirurgies oncologiques et urgentes en priorité. Nos équipes évaluent l’organisation des soins quotidiennement afin d’offrir des services de qualité», confirme une relationniste du CIUSSS.

De son côté, la présidente du syndicat de la Fédération Interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ) du CIUSSS de l’Ouest de l’île, Johanne Riendeau, souligne que cette décision a été mal reçue par le personnel de soins infirmiers de l’hôpital.

«Ça fait des mois et des mois qu’ils sont présents pour la pandémie, ils sont fatigués. Hier, on a annoncé aux infirmières de la salle d’opération qu’elles devront aller travailler aux soins intensifs, aux quatre lits de soins intensifs additionnels. Il y a eu des pleurs, beaucoup de réactions parce que le personnel n’en peut plus. Le personnel de l’urgence de l’Hôpital du Lakeshore travaille toujours en manque d’effectifs, ils sont en surcharge de travail. Avec le taux d’occupation élevé, c’est encore plus difficile», indique-t-elle.

Cette dernière s’inquiète par ailleurs des conséquences de l’imposition de la vaccination obligatoire pour les employés du réseau de la santé qui entrent en contact plus de 15 minutes consécutives avec les patients. Rappelons que ceux-ci devront avoir reçu une deuxième dose de vaccin contre la COVID-19 d’ici le 1er octobre. 

«C’est désastreux. Avec les cas et le taux d’hospitalisation qui augmentent et avec la vaccination obligatoire qui s’en vient, je ne sais pas comment on va faire pour passer au travers le 15 octobre. Avec cette vaccination obligatoire, on va perdre des infirmières qui ne sont pas vaccinées. Ça va venir encore aggraver plus la pénurie que présentement», croit-elle.

Également administré par le CIUSSS de l’Ouest-de-l’Île, l’Hôpital de LaSalle avait aussi dû fermer deux de ses quatre salles d’opération, il y a un peu plus d’un an. Une troisième salle a toutefois été rouverte il y a deux semaines.

Articles récents du même sujet