Actualités

Pénurie en santé: rencontre d’urgence réclamée par la FSSS-CSN

Photo: Archives Métro Média

La Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN) se dit préoccupée par les pénuries de personnel dans le réseau. Le syndicat demande une rencontre d’urgence avec le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, pour discuter de cet enjeu.

Le syndicat s’inquiète des conséquences actuelles et à venir de la pénurie qui sévit dans le réseau de la santé. Pour améliorer la situation, le syndicat propose des pistes de solution comme «une plus grande transparence gouvernementale sur la planification de la main-d’œuvre pour prendre acte de l’ampleur des pénuries et des gestes à poser».

En plus de la pénurie de personnel, le projet de loi n° 59 modernisant le régime de santé et de sécurité du travail doit intégrer des modifications pour ne pas qu’il «rate la cible», explique la FSSS-CSN. Celle-ci propose de décentraliser l’organisation de la prévention, donner les moyens aux milieux de travail de faire de la prévention et surveiller les résultats pour s’assurer qu’on atteigne les objectifs.

La situation est urgente. La pénurie de personnel met le réseau sous une tension extrême. À cela, s’ajoute le PL59 qui doit absolument intégrer des modifications importantes pour réussir à améliorer la santé physique et psychologique du personnel du réseau, notamment en décentralisant la prévention. Le multi-établissements, dans le réseau, ça ne fonctionnera pas

Jeff Begley, président de la FSSS-CSN par voie de communiqué

Une cellule de crise et un plan en santé demandés

Dernièrement, des représentants de l’opposition se sont exprimés quant à la nécessité d’agir. La cheffe du Parti libéral du Québec, Dominique Anglade, a demandé lundi au gouvernement, de mettre en place une cellule de crise afin d’éviter les bris et les fermetures de services dans le réseau de santé.

Du côté du chef du Parti québécois, Paul St-Pierre Plamondon, il est nécessaire de se doter d’un plan concret en santé dont l’objectif viserait l’amélioration des conditions de travail. Même son de cloche chez Québec solidaire où le député de Rosemont et responsable en matière de Santé, Vincent Marissal, considère qu’il est temps de prendre soin du personnel soignant.

Il faut en finir avec le recours systématique au temps supplémentaire obligatoire (TSO) et sevrer notre système de santé des agences de placement une fois pour toutes.

Vincent Marissal, député de Rosemont et responsable pour Québec solidaire en matière de santé dans une déclaration récente

D’après le gouvernement, il manquerait environ 4300 infirmières au Québec. La moitié dans la région de Montréal, selon la pdg du CIUSSS du Centre-Sud-de-l’Île-de Montréal, Sonia Bélanger.

Jeudi, le gouvernement prévoit annoncer des mesures visant à améliorer les conditions de travail et inciter des infirmières à revenir dans le réseau public de la santé.

Articles récents du même sujet