Actualités

Covid-19: les nouveaux commerces du Sud-Ouest en mode survie

Commerce Sud-Ouest
Le restaurant-pizzeria italien Fiorellino dans le Sud-Ouest Photo: Gracieuseté

Malgré la pandémie de la COVID-19, de nouveaux établissements sont parvenus à ouvrir leurs portes dernièrement dans l’arrondissement. Un double défi, que de lancer son commerce, et le maintenir à flot, en pleine crise. L’une des problématiques récurrentes depuis la pandémie, c’est l’absence de personnel pour faire tourner la machine.

Sur la rue Notre-Dame Ouest, le restaurant italien Fiorellino, prêt à ouvrir depuis janvier 2021, a dû attendre le 2 juin 2021 pour servir ses premiers plats. L’établissement est actuellement ouvert du mercredi au dimanche. Mais le gérant Angelo Léone souhaite aussi proposer ses pâtes et ses pizzas les lundi et mardi.

Pour cela, il lui manque au moins un gérant, un aide-gérant, et du personnel de service, recherchés désespérément depuis 3 mois. Selon lui, beaucoup préfèrent profiter des aides financières, et de la situation, plutôt que de venir travailler. «À date, nous n’avons reçu que 4 candidats en 3 mois, et ils demandent un salaire de 1 200$ net à la semaine. C’est fou. Alors je réponds merci, au revoir, on ne peut pas s’aligner».

Le patron italien attend beaucoup de la fin des aides de la PCRE à partir du 23 octobre. Il en est sûr, «les candidats vont de nouveau se présenter, les gens vont redescendre sur Terre et la vie reprendra à la normale».

Départs volontaires

Même schéma rue Saint-Patrick, où la boutique de location de vélos Ma Bicyclette a aussi ouvert un café il y a quatre ans. Mais l’établissement a été stoppé en plein envol, avec l’arrivée de la pandémie.

Le nouveau café de la boutique de location de vélos Ma Bicyclette.

Les salariés avaient alors droit aux aides fédérales. Et David McDougall, gérant depuis 13 ans de Ma Bicyclette, a subi la démission de plusieurs de ses employés. «Certains m’ont envoyé des messages textes pour m’annoncer leur départ. Ils ne se sont même pas présentés en face à face pour m’expliquer pourquoi, alors que je leur avais offert un travail. À ce moment-là, j’avais envie d’en pleurer» confie le patron. 

Si le café-terrasse de Ma Bicyclette vient de fermer pour l’hiver, le gérant a d’autres projets pour le magasin. Il souhaite commencer la location de fat bike et de skis de fond. Mais il reste, lui aussi, à la recherche active de nouveaux employés, pour constituer son équipe.

Des aides toujours possibles pour ouvrir un nouveau commerce

Pour soutenir les personnes désirant se lancer dans l’ouverture d’un nouvel établissement, même en période de pandémie, la Ville de Montréal dispose d’un Guide d’accompagnement pour l’ouverture d’un commerce dans le Sud-Ouest.

PME MTL Grand Sud-Ouest propose également le Programme de soutien à la diversité commerciale. Il s’agit d’une bourse de 10 000 $ qui offre une garantie financière aux nouvelles entreprises, installées sur certaines artères commerciales de l’arrondissement.

De son côté la Ville de Montréal met à disposition le Programme d’accessibilité des commerces (PAAC), avec la prise en charge de 75 % du coût des travaux d’aménagements.

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez chaque semaine, un résumé de l’actualité de Sud-Ouest.

Articles récents du même sujet