Actualités

COVID-19: Santé Montréal reprend sa «stratégie suppressive» par précaution

Photo: Getty Images

Avec l’arrivée du nouveau variant Omicron et du premier cas à Montréal, Santé Montréal se prépare prudemment et accentue les dépistages, les enquêtes épidémiologiques et si besoin les isolements pour suivre au mieux la situation, annonce la directrice régionale de santé publique de Montréal, la Dre Mylène Drouin accompagnée de Mme Sonia Bélanger, présidente-directrice générale du CIUSSS du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal.

La stratégie suppressive qui avait permis «d’aplanir la 3e vague» est reprise. Elle consiste à réaliser des suivis épidémiologiques et des enquêtes plus intensifs et ainsi connaître la situation et y réagir le plus rapidement possible par l’isolement des cas contact. «On est en train d’adapter les protocoles. Le principal changement, c’est que pour les cas contact on ne prendra pas en compte le statut vaccinal, ils vont être isolés automatiquement. On est aussi en train de réfléchir à aller chercher les contacts de contacts dans certains contextes», explique la Dre Mylène Drouin. Actuellement, avec le variant Delta, l’isolement n’est pas requis pour les personnes doublement vaccinées, mais cela sera le cas pour les suspicions de variant Omicron.

La Dre Mylène Drouin rappelle qu’un cas du variant Omicron est recensé sur le territoire montréalais lié à un voyageur qui a transité par Montréal. Celui-ci est doublement vacciné, asymptomatique et isolé.

«La situation est identique au sommet de la 4e vague à la mi-septembre», indique la Dre Drouin. Montréal enregistre une 5e semaine d’augmentation des cas que l’on peut décrire comme une «pente douce différente de ce que vit l’Europe».

Les taux d’incidence de la COVID-19 sont plus marqués dans les quartiers les moins bien vaccinés comme Saint-Michel, Pointe-aux-Trembles et Anjou, entre autres. Santé Montréal suit de près ces taux, mais surveille surtout les conséquences sur les hospitalisations. «Il y a actuellement 66 personnes hospitalisées et 31 en soins intensifs», explique Sonia Bélanger.

Par précaution, Santé Montréal va rendre disponibles 500 lits qui seront dans une vingtaine d’hôpitaux, ce qui devrait entraîner le délestage de certaines chirurgies. Mme Bélanger indique que les urgences sont très sollicitées avec un taux d’occupation supérieur à 125%. Elle conseille aux patients qui le peuvent de se diriger vers les GMF pour réduire la pression.

Santé Montréal

«Ce n’est pas terminé, on était sur un plateau avec la 4e vague, mais avec le variant Omicron, qu’est-ce que ça sera? Personne ne peut le prédire mais on est prêt. On a tout ce qu’il faut pour organiser les services au niveau des hôpitaux, mais aussi au niveau de la première ligne en CLSC et CHSLD.»

Même s’il y a peu d’information sur la dangerosité du variant Omicron, la Dre Drouin adopte «l’angle de la prudence». Elle salue d’ailleurs les mesures fédérales qui ferment les frontières avec des pays touchés par ce variant. La Dre Drouin rappelle que l’on doit se préoccuper de la vaccination mondiale, car les zones qui sont moins vaccinées font office d’incubateur.

Santé Montréal appelle les parents à aller dans les centres de vaccination de masse afin d’y faire vacciner leurs enfants. Cela permettra de déceler les zones à Montréal où les enfants sont moins vaccinés et ainsi d’y mettre en place des mesures ciblées. Toutefois, les zones dans lesquelles il existait un écart de vaccination chez les adultes ressemblent à ce qu’on observe pour les enfants lors du départ de la vaccination. «Si on prend la carte de la vaccination avec les adultes lorsqu’on était à la première semaine de vaccination, ce sont les mêmes territoires. […] C’est les gens motivés et ceux qui ont la capacité qui vont chercher le service rapidement, c’est souvent les mêmes quartiers», constate la Dre Drouin.

Situation à Montréal

Montréal recense 347 nouveaux cas dans les dernières 24 heures. Ce sont les arrondissements de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce (356), Saint-Léonard (243), Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles (242), Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension (232) et Mercier–Hochelaga-Maisonneuve (215) qui en enregistrent le plus sur les 14 derniers jours sur le territoire montréalais. Actuellement, 180 éclosions sont recensées, surtout dans les milieux de garde.

Le dernier bilan de la situation de la COVID-19 au Québec fait état de près de 1200 nouveaux cas, atteignant le chiffre de 1196, soit 416 cas de plus que le chiffre de la veille, et 318 cas de plus que la semaine dernière. Dans le contexte où les hospitalisations sont également en hausse, il est impossible pour le gouvernement de se prononcer sur les mesures sanitaires qui seront en vigueur lors du temps des fêtes. Toutefois, la santé publique devrait donner quelques recommandations lundi.

La CCMM garde le cap

Malgré l’arrivée du variant Omicron et le resserrement des mesures par Santé Montréal, la Chambre de commerce du Montréal métropolitain (CCMM) fait confiance aux mesures de prudence déjà mises en place par les entreprises au centre-ville. «On suit les éclosions dans les tours et les transports en commun ainsi que la vaccination chez les plus jeunes avant le variant. Présentement, ces trois variables nous rassurent», explique le président et chef de la direction de la CCMM, Michel Leblanc.

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez un résumé quotidien de l’actualité de Montréal.

Articles récents du même sujet