Montréal
11:50 16 juillet 2019

Les excès de vitesse de Benoit Dorais causent des remous dans le parti de la mairesse

Les excès de vitesse de Benoit Dorais causent des remous dans le parti de la mairesse
Photo: Mario Beauregard/MétroLe président du comité exécutif, Benoit Dorais, en compagnie de la mairesse de Montréal, Valérie Plante.

Les contraventions pour excès de vitesse reçues par le président du comité exécutif, Benoit Dorais, ne font pas l’unanimité au sein de son propre parti. Christine Gosselin, une élue de Projet Montréal, a brisé les rangs en le critiquant sur Facebook.

M. Dorais a écopé d’une amende de 1378$ en avril dernier pour avoir circulé en voiture à 171 km/h dans une zone de limitée à 100 km/h sur l’autoroute 35, en Montérégie, portant à neuf le nombre de constats d’infraction pour excès de vitesse reçu par l’élu de Projet Montréal depuis 1995. Ce dernier en a par ailleurs reçu quatre depuis son arrivée en politique municipale, en 2009, rapportait samedi le Bureau d’enquête du Journal de Montréal.

Dans une publication Facebook publiée lundi, puis rapidement retirée, la conseillère du district du Vieux-Rosemont a condamné les agissements de Benoit Dorais, qui a admis son «erreur» la semaine dernière.

«Une erreur sur l’autoroute, c’est quand tu te trompes de sortie. Des excès de vitesse à répétition, et surtout un excès de vitesse qui dépasse de loin tout ce que toute personne pressée a pu connaître dans sa vie, c’est un comportement à risque qui met en danger la vie des autres, a écrit l’élue. Le nier constitue un autre problème distinct et tout aussi grave, c’est nier sa propre responsabilité et nier qu’il existe là un problème. Qu’on se sorte la tête du sable», a écrit Mme Gosselin, qui siégeait jusqu’à récemment aux côtés de M. Dorais au sein du comité exécutif.

Mme Gosselin n’a pu être jointe jeudi, le cabinet des élus de Rosemont–La Petite-Patrie ayant fait savoir à Métro qu’«aucun élu de l’arrondissement ne commentera cette affaire». Le cabinet de la mairesse Valérie Plante est par ailleurs resté silencieux jusqu’à maintenant concernant le rôle que l’administration municipale aurait pu avoir joué dans le retrait de la déclaration de Mme Gosselin des réseaux sociaux, malgré les demandes répétées de Métro.

Selon le conseiller indépendant de Snowdon, Marvin Rotrand, le retrait de cette publication ferait suite à de «la pression» de l’administration municipale.

«On ne peut pas seulement balayer ça sous le tapis.» -Lionel Perez, chef d’Ensemble Montréal 

«Aucune crédibilité»
L’attachée de presse du comité exécutif, Laurence Houde-Roy, a transmis lundi aux médias une déclaration écrite pour affirmer le soutien de l’administration de Valérie Plante à M. Dorais.

«M.Dorais regrette ses agissements et, à l’instar de tout citoyen, fait face aux conséquences de ses actes. Toutefois, ceci ne remet pas en question la qualité de son travail. Benoit Dorais est un élu travaillant, rigoureux, présent pour l’administration et sa crédibilité n’est pas remise en question», indique la déclaration.

Néanmoins, l’opposition officielle à l’hôtel de ville attend toujours une réaction venant de Valérie Plante, qui n’a pas encore commenté cette affaire de vive voix.

«C’est inacceptable que la mairesse refuse de réagir sur cet enjeu», a déclaré à Métro mardi le chef d’Ensemble Montréal, Lionel Perez.

«La mairesse et l’administration essaient de banaliser les comportements de M. Dorais», ajoute-t-il. 

Dans les derniers mois, l’administration de Valérie Plante a mis en place plusieurs mesures visant à augmenter la sécurité routière dans la métropole. Son plan d’action Vision Zéro, présenté en mars, prévoit entre autres d’harmoniser la limite de vitesse à 30 km/h dans toutes les rues résidentielles en plus de la limiter à 40 km/heure sur plusieurs artères routières achalandées. L’administration municipale a par ailleurs mis en place plusieurs mesures sur la voie Camillien-Houde afin d’y réduire le transit automobile. En mai, la mairesse a dévoilé les premiers axes du Réseau express vélo, qui vise à sécuriser les déplacements des cyclistes dans la métropole.

«Comment pourra-t-on le prendre au sérieux la prochaine fois qu’il va proposer d’augmenter le prix des amendes pour réduire le nombre d’infractions routières?» a questionné M. Perez, en référence à l‘augmentation importante du tarif des amendes pour le stationnement décrétée par l’administration de Valérie Plante.

«On lui demande de se retirer du poste de président du comité exécutif parce qu’il n’a plus l’autorité morale [pour occuper celui-ci]», a ajouté le chef d’Ensemble Montréal. 

Le conseiller indépendant de Snowdon, Marvin Rotrand, va jusqu’à demander à M. Dorais de quitter la politique municipale.

«C’est le temps pour Benoit [Dorais] de démissionner, mais s’il refuse de le faire, Mme Plante devrait le faire siéger comme indépendant», a-t-il avancé.