Montréal

Trottinettes électriques: un compétiteur de Lime lorgne aussi Montréal

Trottinettes électriques: un compétiteur de Lime lorgne aussi Montréal
Photo: Courtoisie, Bird CanadaLes trottinettes électriques en libre-service de l'entreprise Bird Canada sont présentes à Calgary depuis le 29 juillet 2019.

L’entreprise Lime n’a même pas encore obtenu son permis pour opérer à Montréal ses trottinettes électriques en libre-service que déjà un compétiteur effectue des démarches auprès de Québec et de la Ville. La firme Bird souhaite que ses engins puissent rouler dans la métropole «d’ici la fin août».

«Évidemment, nous aimerions commencer à opérer pendant que la température est encore clémente, donc nous allons essayer d’obtenir une autorisation le plus rapidement possible», a indiqué à Métro le président-directeur général de Bird Canada, Stewart Lyons.

L’entreprise espère obtenir le feu vert du ministère des Transports du Québec (MTQ) d’ici «une ou deux semaines» afin de pouvoir prendre part au projet pilote lancé à Montréal et à Westmount le 6 juillet. La firme devra ensuite effectuer une demande de permis à la Ville de Montréal.

«Je crois que Montréal va aimer notre service, comme plusieurs pays européens l’ont fait», a ajouté M. Lyons, qui prévoit être en mesure de déployer son service dans la métropole «d’ici la fin août». Le fournisseur Bird est actuellement présent dans une centaine de villes situées principalement aux États-Unis et en Europe.

Infractions

Sur le terrain, cependant, la situation n’est pas toujours reluisante. Le service n’est offert dans les rues de Calgary que depuis lundi et déjà, des médias rapportent plusieurs infractions commises par ses utilisateurs. Des enfants ont notamment utilisé ces trottinettes alors que l’âge légal est de 18 ans. Deux personnes ont également été aperçues sur le même engin même si cela est interdit.

Alors que les trottinettes de Bird et d’autres fournisseurs ont été associées à des enjeux de sécurité publique dans plusieurs villes européennes au cours des derniers mois, M. Lyons se veut rassurant.

«La dernière chose qu’on veut, c’est que nos trottinettes viennent envahir la voie publique. Ce n’est juste pas dans notre intérêt», a-t-il dit. Ce dernier a précisé qu’une dizaine d’employés sillonnent les rues de Calgary quotidiennement pour déplacer les trottinettes ayant été mal garées.

Encadrement des trottinettes électriques

La Ville de Montréal a adopté, à la mi-avril, un règlement pour encadrer les véhicules en libre-service sans ancrage. Celui-ci prévoit notamment que les trottinettes électriques ne peuvent pas circuler sur les trottoirs et doivent obligatoirement être immobilisées dans des aires de stationnement prévues à cet effet.

«C’est sûr qu’on va voir des gens publier des photos de trottinettes laissées n’importe où. Ce sera un phénomène difficile à juguler.» -Magali Bebronne, chargée de programme pour Vélo Québec

Actuellement, Lime est la seule entreprise autorisée par Québec à opérer des trottinettes électriques en libre-service dans la province.

Plus d’aménagements

Devant l’arrivée prochaine de ces nouvelles options de mobilité, des organismes pressent la Ville de bonifier le réseau cyclable.

«Ça prend des pistes cyclables plus larges pour accommoder tout le monde», estime la chargée de programme pour Vélo Québec, Magali Bebronne.

«On espère que tout ça va pousser la Ville à réagir rapidement en libérant plus d’espace pour accommoder ces différents modes de transport.» -Daniel Lambert, porte-parole de la Coalition vélo de Montréal

À la fin du mois de mai, l’administration de Valérie Plante a annoncé que les cinq premiers axes du Réseau Express Vélo, qui comptera à terme 184 km de voies cyclables, seront réalisés d’ici 2021.