Hochelaga-Maisonneuve

Assomption-Sud: oui à l’écoparc, mais moins de nuisances industrielles, tranche l’OCPM

Assomption-Sud: oui à l’écoparc, mais moins de nuisances industrielles, tranche l’OCPM
Photo: Archives TC MediaLes transports actifs occupent une place importante dans le mémoire du Conseil régional de l'environnement de Montréal relativement au développement des terrains de la zone l'Assomption Sud (Cité de la logistique).

Il faut aller de l’avant avec la création d’un écoparc dans le secteur Assomption-Sud-Longue-Pointe, recommande l’Office de consultation publique de Montréal (OCPM) dans un rapport publié mardi. L’organisme estime toutefois que le transport collectif doit être amélioré et que la Ville doit agir «dès maintenant» pour réduire les nuisances.

«La consultation a mis en lumière l’énorme défi de faire cohabiter des zones industrielles et résidentielles, traversées par de lourdes infrastructures dans un projet porteur des valeurs du 21e siècle», explique la présidente de l’organisme paramunicipal, Dominique Ollivier. Les plans actuels pour le secteur génèrent «à la fois enthousiasme et inquiétudes», ajoute-t-elle.

D’après la présidente, les élus ont «bien entendu les récriminations des citoyens en termes de gestion des nuisances et n’auront pas le choix de proposer des mesures qui vont en ce sens» dans les prochains mois. Elle entrevoit une amélioration imminente de la situation.

«Les milieux économiques le saluent alors que les résidents et riverains du secteur demeurent très préoccupés.» -Dominique Ollivier, présidente de l’OCPM

L’organisme demande la création d’une instance de concertation permanente réunissant citoyens, entreprises et élus municipaux. L’Office suggère aussi à l’administration Plante de lancer une démarche de certification en développement durable pour les entreprises qui s’installeront dans l’Écoparc.

Il est également recommandé «de mobiliser les forces de Montréal en intelligence artificielle» pour développer de nouvelles technologies en matière d’environnement et, surtout, de réduction de nuisances industrielles en milieu urbain.

Appelée à réagir, la mairesse Valérie Plante s’est faite catégorique. «Ce quartier-là doit se faire avec la population, dans le respect des bons concepts de développement urbain, a-t-elle indiqué. Ça veut dire d’avoir des bons mélanges d’usage. Des gens qui y habitent, qui y travaillent et de la mobilité. Le rapport va exactement dans notre direction, donc ça ne nous étonne pas.»

«L’administration précédente avait décidé d’y aller façon maison, comme si le concept de ce secteur-là était déjà figé. Si on est pour développer cette zone, on pense que les gens doivent être consultés.» -Valérie Plante, mairesse de Montréal

Le chargé de projet au Conseil régional de l’environnement de Montréal (CRE-MTL), Charles Bergeron, souligne que le rapport de l’OCPM fait écho aux recommandations de son groupe, soit celles «d’aménager des zones tampons, d’instaurer une gradation des usages et de bonifier la trame verte et bleue du secteur visé en valorisant les friches et milieux humides».

«On sent que nos appels répétés à revoir le projet d’intersection Assomption/Souligny ont été entendus. La boucle autoroutière proposée nous apparaît parfaitement incompatible avec le concept d’écoparc», insiste-t-il.

Amélioration du transport collectif

En matière de mobilité, Montréal devra concrétiser son projet de desserte de transport collectif sur la rue Notre-Dame, souligne l’OCPM. L’Office plaide pour la création d’un service de navettes électriques télépilotées comme celles ayant desservi le Parc olympique cet été.

Pour faciliter les déplacements actifs, le rapport souligne également la nécessité de prolonger «immédiatement» la piste cyclable Souligny «en créant un lien temporaire pour la relier au quartier Viauville». Des sentiers «sécuritaires et propres» devraient aussi être créés le long des rues Beauclerk et Tellier, ajoute-t-on.

Le projet du viaduc enjambant Notre-Dame, sur lequel la Ville planche depuis plusieurs mois avec l’Administration portuaire de Montréal, peut être réalisé à condition qu’il soit «jumelé à la fermeture de l’accès Viau du Port», renchérit l’Office.

À ce sujet, la ministre déléguée aux Transports, Chantal Rouleau, a indiqué à Métro que l’intention du gouvernement provincial est «que les camions entrant et sortant du Port de Montréal puissent sortir de la rue Notre-Dame et avoir accès plus facilement aux autoroutes».

«Il y a des travaux à faire pour y arriver au fameux viaduc, mais on va travailler de manière à ce que l’industrie puisse poursuivre son travail.» -Chantal Rouleau, ministre déléguée aux Transports

L’OCPM milite aussi pour que la Ville examine d’autres options de design de la boucle reliant Souligny et le boulevard l’Assomption, et suggère d’analyser rapidement la fermeture de la rue Haig «à tout trafic de camionnage».